Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

12/17
Chroniques CD du mois Interview: AUTOMATIC CITY Livres & Publications
Portrait: SCOTT JOPLIN Dossier: ALADDIN RECORDS  
 


Dossier
ALADDIN RECORDS


blues national guitars
blues national guitars







Spécialisé dans le jazz, le rhythm’n’blues puis le rock’n’roll, le label basé à Los Angeles a su accrocher quelques noms prestigieux à son catalogue.  

Ils sont deux frères, Eddie et Leo Mesner, propriétaires d’un magasin de disques à Los Angeles à l’enseigne du Philharmonic Music Shop. Au milieu des années 1940 ils décident de créer l’une des premières sociétés d’éditions phonographiques indépendantes sur la côte ouest. Ils baptisent l’entreprise Philo, un raccourci du nom de leur boutique. Le graphisme original du label représente la lampe d’Aladin et Philo qui en sort comme un génie.
blues aladdin recordsLa toute première parution en août 1945 est ‘Flying Home, Part 1’/‘Flying Home, Part 2’, un instrumental du saxophoniste Illinois Jacquet, remake du premier album de Jacquet avec le Lionel Hampton Orchestra, sorti en 1942. En septembre, ce sont les premiers enregistrements solos de Wynonie Harris, ‘Around The Clock, Part 1’/’Around The Clock, Part 2’ et ‘Doodle-Doo’/’Yonder Comes My Baby’ qui sont édités.
En février 1946, les Mesner sont obligés de changer l’appellation du label. L'Office des brevets des Etats-Unis refuse d’enregistrer le nom en raison de sa similitude avec la société radiophonique Philco, qui songe à l'époque à créer une division de disques. Les Mesner pensent alors à Medlee Records (composé du M, première lettre de leurs noms de famille, suivie de ED et de LEE, leurs prénoms) et l'annoncent même dans les journaux. Mais en fin de compte ils optent pour Aladdin. Une fois cette nouvelle désignation fixée toutes les versions précédentes de Philo sont rééditées sur Aladdin. Au fil des années, en marge de la maison mère les frères Mesner lanceront plusieurs filiales comme Score (1948), Intro (1950), 7-11 (1952), Ultra et Jazz West (1955) et Lamp (1956).
Au début, l’entreprise diffuse en grande partie du jazz mettant en vedette des artistes comme Illinois Jacquet, Lester Young, Art Pepper, Helen Humes et Jay McShann mais la réussite va venir avec des artistes plus versés dans le rhythm’n’blues.
En 1946 le label enregistre deux succès majeurs, ‘Drifting Blues’ par Johnny Moore’s Three Blazers (Johnny Moore à la guitare, Eddie Williams à la basse et Charles Brown au piano et au chant) qui atteint la deuxième place dans les classements et ‘Be-Baba-Leba’ par Helen Humes, qui monte à la troisième place. A partir de ce moment-là et jusqu'à la fin des années 1950, Aladdin devient l'un des éditeurs de rhythm’n’blues les plus en vue. Les statistiques des ventes de cette période montrent qu'il est régulièrement dans le top dix des ventes de disques. Année après année, les frères Mesner font entrer dans leur catalogue des artistes et des groupes qui s’attirent les faveurs du public : le chanteur Amos Milburn, le saxophoniste Lester Young, Lynn Hope et Maxwell Davis, le groupe de gospel The Trumpeteers, les bluesmen Lightnin’ Hopkins, Lowell Fulson, Floyd Dixon et Peppermint Harris, et le groupe vocal The Five Keys.
L'année 1949 est une grande année pour Aladdin. Charles Brown qui a quitté les Three Blazers en 1948 sort au printemps ‘Get Yourself Another Fool’ qui se classe n°4 au Billboard et quelques semaines plus tard ‘Trouble Blues’ qui atteint la première place. À la fin de l'été, Brown confirme son succès avec une quatrième place pour ‘In The Evening When The Sun Goes Down’. En décembre, c’est ‘Homesick Blues’ qui devient n°5. Quant à Amos Milburn il atteint le n°2 au printemps avec ‘Hold Me Baby’ et le n°3 en été avec ‘In The Middle Of The Night’. Son envolée continue avec ‘Roomin’ House Boogie’,’Empty Arms Blues’ qui se classent aussi en haut des charts tout comme ‘Let's Make Merry Christmas Baby’, ‘Real Pretty Mama’, en fin d'année. Joe Turner, Lightnin’ Hopkins, Lester Young, Lonnie Johnson, The Robins, Jay McShann, Sonny Parker, Saunders King et d'autres artistes du label sortent également des singles qui se vendent assez bien pour se classer dans le top 10 national.
En 1950, les meilleurs singles d’Aladdin sont ‘Safronia Blues’ du trompettiste et chef d’orchestre Calvin Boze, ‘My Baby's Gone’ de Charles Brown et ‘Shotgun Blues’ de Lightnin’ Hopkins. Et Amos Milburn totalise sept sorties avec trois hit-parades, ‘Walkin’ Blues’Sax Shack Boogie’ et ‘Bad Bad Whisky’.
blues aladdin records
De grands succès s’enregistrent en 1951. Floyd Dixon place son ‘Telephone Blues’ à la quatrième place de hits parades en début d'année et Peppermint Harris devient n°1 avec ‘I Got Loaded’ à l'automne. ‘Glory Of Love’ par le groupe vocal The Five Keys, considéré comme le meilleur dans son genre, atteint rapidement le n°1 après sa sortie au milieu de l'été. Amos Milburn et Charles Brown ajoutent également plusieurs hits à leurs palmarès respectifs. Cette année-là les frères Mesner commencent à presser des vinyles en 45 tours reprenant la plupart de leurs versions 78 tours. Une opération audacieuse pour une maison de disques qui vend la majeure partie de sa production à un public noir dont peu de clients possèdent alors un tourne-disque pour 45 tours. Mais si la sortie des 45 tours est un grand pas en avant, c’est la décision de sortir des LPs rhythm’n’blues qui en fait vraiment un label unique en son temps. Des entreprises indépendantes comme Atlantic, King, Modern et Savoy ont déjà publié une variété de genres sur LP à cette époque mais Aladdin est le seul à se concentrer strictement sur les albums rhythm’n’blues.  
Au cours de 1952, seuls quatre titres entrent dans le top 10 R&B national : ‘Thinkin’ And Drinkin’ d'Amos Milburn, ‘Hard Times’ de Charles Brown, ‘Call Operator 210’ de Floyd Dixon et ‘I'm Gone’ par Shirley et Lee (Shirley Goodman et Leonard Lee) de la Nouvelle Orléans qui atteint le n°2 (en plus de Los Angeles, de nombreux enregistrements sont produits à la Nouvelle Orléans par l’ingénieur du son Cosimo Matassa).
En 1953, il n’y a que deux succès dans le top 10, tous deux d'Amos Milburn, qui continue avec ses thèmes alcoolisés, ‘Let Me Go Home Whisky’ n°3 en février et le classique ‘One Scotch, One Bourbon, One Beer’ n°2 à l'automne. The Five Keys sortent ‘These Foolish Things’,Teardrops In My Eyes’ et ‘My Sadest Hour’ mais ne se classent pas dans le top 10.
Si 1953 est une année critique, 1954 est encore pire, avec un seul titre dans les charts ‘Good, Good Whiskey’ d'Amos Milburn qui grimpe au n°5 en février. The Five Keys quitte Aladdin pour Capitol, un label plus important et une belle opportunité pour le groupe. C’est alors un véritable coup dur. Charles Brown sort quelques disques, mais après deux ans sans aucun hit il quitte lui aussi le navire.
Suite à ces départs, en 1955 l’objectif devient résolument rock and roll. Le label résiste à la concurrence avec un nouveau duo, Gene & Eunice (Forest Gene Wilson et Eunice Russ), dont ‘Ko Ko Mo’ se place n°7 dans les classements R & B. Le couple enchaîne avec ‘This Is My Story’ accompagné par l’orchestre de Johnny Otis qui atteint la huitième place. Shirley et Lee reviennent également en force dans les charts avec ‘Feel So Good’ qui a atteint le n°2. En 1956 Shirley & Lee sortent trois titres dont deux qui entrent pour la première fois dans les référencements pop.
Thurston Harris rejoint Aladdin en 1957 et rencontre le succès avec ‘Little Bitty Pretty One’ n°2 R&B et n°6 pop. C’est la plus grosse vente jamais enregistrée avec plus d'un million d’exemplaires.
En 1958, Aladdin est clairement en train de s'effondrer. En février, Thurston Harris placeblues aladdin records le dernier titre de la maison de disques dans les classements. ‘Do What You Did’, atteint le 14ème rang du classement R & B et le 57ème en pop. En 1959, malgré un nouveau titre de Thurston Harris ‘Runk Bunk’, c’est la déconfiture, le succès n’est plus au rendez-vous et le label s’éteint doucement. Deux ans plus tard Thurston Harris sort encore un single ‘One Scotch, One Bourbon, One Beer’/’Send Me Some Loving’, mais c’est fini pour Aladdin. Les Mesner signe la vente avec Imperial Records le 12 février 1962.
Au fil des ans, les enregistrements du label ont été réédités plusieurs fois. Imperial a commencé avec une série comprenant des éditions stéréo. Aujourd'hui, le catalogue appartient à EMI.
Si la production d'Aladdin ne rivalise pas en quantité avec certains de ses concurrents la qualité n’en est pas moins excellente. Les enregistrements d'Amos Milburn, Charles Brown, The Five Keys, Lightnin’ Hopkins, Shirley & Lee, Gene & Eunice et Thurston Harris sont parmi les meilleurs réalisés à la fin des années 1940 et au début des années 1950.
Gilles Blampain