blues again en-tete
été 22
Chroniques CD du mois Interview: ADY & THE HOP PICKERS Livres & Publications
Portrait: THE ACES Interview: MARJORIE MARTINEZ Dossier: GRAND FUNK RAILROAD
 


Dossier
DOBRO

BLUES PIEDMONT BLUES
blues piedmont blues
BLUES cuby + blizzars





Au fil du temps, le mot « dobro » est devenu une marque générique utilisée pour désigner toute guitare à résonateur. Cette guitare inventée par les frères Dopera (DOpera BROthers) a fait les beaux jours de la musique hawaiienne des années 30 et la joie des groupes de Hillbilly de l’entre-deux guerres.

Préambule
Avant même l'apparition des instruments à résonateurs présentés comme tels, différents systèmes d'amplification du son ont été utilisés. L’Allemand Augustus Stroh a inventé le violon à pavillon à la toute fin du 19ème siècle ainsi que plusieurs sortes d’instruments à cordes mécaniquement amplifiés, en utilisant les mêmes techniques que celles des phonographes : un pavillon servant à amplifier et à orienter le son dans la direction voulue pour l'enregistrement sur des rouleaux de cire. Ces instruments étaient pourvus de cornets d'amplification qui dirigeaient le son obtenu par la vibration d'un petit système métallique placé sous le chevalet des instruments. Certaines sources attestent que John Dopyera affirmait avoir connu ce système, il est donc possible que le système d'Augustus Stroh soit à l'origine du développement ultérieur des instruments à résonateurs.

Slovaque
John Dopyera (1893–1988) est l'un des dix frères et sœurs, enfants d’un meunier, nés en Slovaquie. Le père, Jozef, jouait et construisait ses propres violons. Sous la direction de son géniteur, John construit son premier violon dans son enfance à Dolná Krupá. En 1908, craignant qu'une guerre éclate en Europe les Dopyera émigrent vers la Californie. Dans les années 1920, John Dopyera, devenu maître luthier, ouvre son propre magasin à Los Angeles où il fabrique et répare violons, banjos et autres instruments à cordes en bois. À cette époBlues dobroque Dopyera fait déjà breveter plusieurs améliorations du banjo.

En 1925, le promoteur de vaudeville George Beauchamp demande à John Dopyera de créer une guitare plus puissante pouvant être entendue par-dessus les autres instruments de l’orchestre. Dopyera met au point une guitare avec trois cônes en aluminium appelés résonateurs (semblables aux diaphragmes à l'intérieur d'un haut-parleur) montés sous le chevalet, beaucoup plus sonore que la guitare acoustique ordinaire. Il fait alors entendre un son riche et métallique. Avec ses frères Rudy et Emil et d’autres investisseurs, John Dopyera fonde la National String Instrument Corporation pour fabriquer ce nouveau type de guitare « résophonique », vendue majoritairement aux musiciens travaillant dans les cinémas et les clubs de jazz. Après plusieurs années, les trois frères quittent la société pour créer une nouvelle entreprise, la Dobro Manufacturing Company (nom qu'ils donnent également à l'instrument). Le nom Dobro qui combine le ‘Do’ de Dopyera et le ‘bro’ de brothers - signifie « bon » dans leur langue maternelle, le slovaque, mais aussi dans de nombreuses langues slaves. Une des premières devises de l'entreprise est donc « Dobro means good in any language » (Dobro signifie bon dans toutes les langues).

Contrairement à son précédent modèle, qui comportait trois cônes de résonance orientés vers l'intérieur, le Dobro est muni un seul cône orienté vers l'extérieur, avec sa surface concave vers le haut. La société Dobro a décrit cela comme un résonateur en forme de bol. Le Dobro est plus sonore que le tricône et moins cher à produire. Selon Dopyera, le coût de fabrication avait rendu la guitare à résonateur hors de portée de nombreux musiciens. Son échec à convaincre ses collègues directeurs de la National String Instrument Corporation de produire une version à cône unique a été un facteur de motivation pour son départ.
National ayant déposé une demande de brevet pour un cône unique orienté vers l'intérieur (brevet américain 1 808 756), Dopyera élabore une conception qui inverse sa direction. Plutôt que de faire reposer le chevalet de la guitare sur le sommet du cône, comme le fait National, il repose sur une araignée à huit pattes en aluminium coulée sur le périmètre du cône (brevet américain 1 896 484).

Dobro National
Au cours des années suivantes, Dobro fabriquent une grande variété de guitares monocônes à corps en métal et en bois, tandis que National qui fait de même continue cependant de fabriquer le Tricône. Les deux sociétés se procurent de nombreux composants auprès du directeur de National, Adolph Rickenbacher, John Dopyera restant un actionnaire important de cette entreprise. Après de nombreuses actions en justice, en 1932 les frères Dopyera prennent le contrôle de National et de Dobro, qu'ils fusionnent pour former la National-DobroBLUES DOBRO Company. Dans les années 1940, National-Dobro est rachetée par Valco. Valco arrête la production des guitares de la marque Dobro après la Seconde Guerre mondiale, mais les frères Dopyera continuent à fabriquer des guitares à résonateur sous diverses autres marques.

Dans les années 1960 John supprime le "Y" du nom Dopyera estimant que Dopera est plus facile à comprendre et à prononcer pour le public.

En 1964, les frères relancent la marque Dobro. Ils vendent le nom à Semie Moseley en 1966. En 1967, Rudy et Emil Dopyera créent l'Original Musical Instrument Company (OMI) pour fabriquer des guitares à résonateur, d'abord sous la marque Hound Dog. En 1970, ils reprennent à nouveau la marque Dobro, Mosrite, la société de Semie Moseley ayant été mise en liquidation provisoire.

La Gibson Guitar Corporation rachète OMI en 1993, la société devient Original Acoustic Instruments division de Gibson, et la production est transférée à Nashville en 2000. Gibson annonce qu'elle défendra son droit à l'utilisation exclusive de la marque Dobro - que beaucoup utilisent couramment pour désigner toute guitare à résonateur. Depuis 2006, Gibson produit plusieurs modèles dont la table d’harmonie est percée de petits trous ronds sous le nom de Dobro, ainsi que des modèles avec des ouïes en f moins chers sous le nom de Hound Dog et sous sa marque Epiphone. Tous ont un seul résonateur, et beaucoup sont disponibles avec un manche rond ou carré.

Blues, Country, Bluegrass
Dans le blues la guitare à résonateur a une place importante, en particulier dans le country blues qui s'est développé dans la région du Delta et en Louisiane. Contrairement aux joueurs de country et de bluegrass qui tiennent l’instrument à plat sur les cuisses, la plupart des bluesmen jouent dans la position standard de la guitare utilisant un bottleneck pour jouer en ‘slide’. De nombreux joueurs des années 1920 et 1930, comme Bo Carter ou Bukka White, Son House, Tampa Red et Blind Boy Fuller, utilisaient ces instruments parce qu'ils sonnaient plus forts que les guitares acoustiques standard, ce qui leur permettait de jouer pour un plus grand nombre de personnes dans des régions qui n'avaient pas encore l'électricité pour les amplificateurs. Pour la même raison, des musiciens de rue comme Arvella Gray utilisaient des guitares à résonateur pour faire la manche sur le marché de Maxwell street à Chicago.

Le Dobro a été introduit pour la première fois dans la musique country par Bashful Brother Oswald, qui a joué de cet instrument avec Roy Acuff à partir de janvier 1939 mais il a été largement supplantée par la pedal steel guitar dans les années 1950. Toutefois l'instrument est encore utilisé comme alternative à la steel guitar.BLUES DOBRO

Dynamique, puissant, pouvant jouer des harmoniques et des glissandos, le dobro s’impose dans le bluegrass lors d’une séance d’enregistrement de Flatt & Scruggs et des Foggy Mountains Boys. Pour se différencier de Bill Monroe, ils invitent le talentueux dobroiste Buck Graves surnommé « Uncle Josh » qui utilise le style de jeu syncopé à trois doigts développé par Earl Scruggs pour le banjo à cinq cordes. Le Dobro trouve ainsi sa place dans l’univers du bluegrass. Sur quatre titres Uncle Josh a scellé le destin de l’instrument.

Postérité
John Dopyera est mort à l'âge de 94 ans en 1988, après avoir déposé une quarantaine de brevets concernant la conception de banjos et de violons, et le Dopera Bantar, croisement entre le banjo à 5 cordes et la guitare à 6 cordes.

On peut voir les premier et deuxième prototypes du Dobro créés par les frères dans le lieu de naissance de l'invention, à Taft, en Californie, mais bizarrement c’est dans un musée consacré à l'histoire de la production pétrolière de la ville. En outre, il existe un petit musée à Trnava en Slovaquie, appelé le Dobro Hall of Fame.

Gilles Blampain