blues again en-tete
12/22
Chroniques CD du mois Interview: ERIC BURDON Livres & Publications
Portrait: JOHN LEE SONNY BOY WILLIAMSON Interview: SOLOMON BURKE Interview: TONY MARLOW
 


Dossier
KAZOO

BLUES PIEDMONT BLUES
blues piedmont blues






 

Voilà un instrument dont tout le monde peut jouer sans aucun apprentissage. Des ustensiles semblables au kazoo existaient depuis des centaines d'années en Afrique. Pour les façonner on utilisait des os, des roseaux, des calebasses, des tiges de végétaux, des cornes d'animaux. Ils étaient utilisés pour déguiser la voix humaine, à produire des sons terrifiants et à transmettre des messages du monde des esprits ou pour imiter les cris d’animaux durant certaines cérémonies animistes.

Facile…
C’est l’un des instruments mélodiques les plus faciles à jouer, ne nécessitant que la capacité de vocaliser en accord.kazoo Il dépend en effet uniquement de la voix du joueur qui fredonne pour créer le son. Le bourdonnement fait vibrer la membrane avec la voix de l’utilisateur. Généralement court et en forme de tube avec deux extrémités ouvertes, la membrane se trouve sur le dessus du kazoo appelée tourelle. Bien que les kazoos soient aujourd’hui généralement en plastique, ils peuvent être faits en bois en métal ou en verre. Certains sont même en argent ou en or. Il peut être considéré comme un instrument à vent non conventionnel car dépourvu de boutons et de valves.

Le kazoo tel qu’on le connaît, descendant direct de son ancêtre africain, connu sous le nom de mirliton ou flûte oignon, aurait été développé à Macon en Géorgie par un ancien esclave, Alabama Vest. Ce dernier aurait présenté son invention à un horloger d’origine allemande Thaddeus von Clegg dans les années 1840 qui fabriqua l’objet musical selon les spécifications de Vest. Les deux hommes organisèrent des démonstrations à la Georgia State Fair de 1852 où, dit-on, ils reçurent un bon accueil de la part du public. Mais il n'existe aucune documentation à l'appui de cette affirmation. L'histoire trouve son origine dans les dires du Kaminsky International Kazoo Quartet, un groupe de musiciens satiriques, ce qui peut jeter un doute sur la véracité de l'histoire, tout comme le nom Alabama Vest lui-même. Cependant Thaddeus von Clegg est bien reconnu comme l’inventeur de l’objet également appelé parfois clegghorn.

Mais le kazoo est là, et bien là. La première apparition documentée est celle d’un inventeur américain, Warren Herbert Frost, qui a nommé son nouvel instrument de musique dans son brevet n° 270 543 délivré le 9 janvier 1883. Le brevet stipule : « Cet instrument ou jouet, auquel je propose de donner le nom de 'kazoo'… ». Il connaît un beau succès dès le départ et est bientôt vendu dans le Sud sous le nom de Down South Submarine, rapport à sa forme oblongue. Un article paru en 1885 dans le quotidien The Telegraph en parle comme étant « un nouvel instrument de musique indescriptible de torture ». Le kazoo moderne - également le premier en métal - a été breveté par George D. Smith de Buffalo, état de New York, le 27 mai 1902. Emil Sorg et Michael McIntyre créent une méthode de fabrication à grande échelle au début des années 1900, et fondent en 1916 l’Original American Kazoo Company.

L'Original American Kazoo Company implantée à Eden, dans l'État de New York, commence à fabriquer ce jouet musical très en vogue et à le distribuer par le biais d’un vendeur itinérant. Le pari s'avère payant, puisque cette nouveauté facile à jouer gagne peu après en popularité dans les vaudevilles et les jug bands, et figure dans un nombre surprenant des premiers enregistrements musicaux. En 1994, l'entreprise produisait 1,5 million d’unités par an et était le seul fabricant de kazoos en métal en Amérique du Nord. L'usine, dans sa configuration presque originale, s'appelle désormais The Kazoo Factory and Museum. Elle est toujours en activité et est ouverte au public pour des visites.

Enregistrements
Dès le début du 20ème siècle le kazoo est joué professionnellement dans les jug bands et les spectacles de vaudeville animés par des troupes de musique comique ou parodique, et par des amateurs un peu partout.

Dans l'enregistrement de 1921 du titre ‘Crazy Blues’ par l'Original Dixieland Jass Band emmené par le cornettiste Nick LaRocca sur le label Victor, ce que l'auditeur peut prendre pour un solo de trombone est en fait une intervention au kazoo exécutée par le batteur Tony Sbarbaro.

Le groupe des Mound City Blue Blowers de Saint Louis, Missouri, a enregistré avec succès plusieurs disques au début des années 1920, avec Dick Slevin au kazoo métallique et Red McKenzie au peigne et au papier de soie, Jack Bland au banjo et à la place d'une batterie, une valise de voyageur jouée au pied et avec des balais par Frank ‘Josh’ Billings.

Le groupe vocal des Mills Brothers commence dans le vaudeville comme un quartet jouant une harmonie à quatre voix au kazoo avec l’un des frères à la guitare.En 1927 Blind Blake sort deux titres chez Paramount ‘Black Dog Blues’/‘Buck-Town Blues’ sous l’appellation Blind Blake And His Kazoo Band en compagnie de Charlie ‘Dad’ Nelson.

Le kazoo accompagne aussi les enregistrements de Robert Pete Williams, Victoria Spivey, Sleepy John Estes et Hammie Nixon… ou encore Jesse Fuller, homme-orchestre qui joue à la fois de la guitare, de l’harmonica et du kazoo.

A la fin des années 1950 on entend le kazoo dans bon nombre de skiffle bands britanniques. Quelques années plus tard il est toujours présent. Brian Jones en joue sur ‘Cool, Calm And Collected’ dans l’album des Rolling Stones Between The Buttons paru en 1967. On peut également entendre cette sonorité spéciale en écoutant ‘Lovely Rita’ sur Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band des Beatles sorti la même année. En 1968, Pink Floyd utilise également un kazoo parodiant le son d'une fanfare militaire dans la chanson ‘Corporal Clegg’ composKAZOOée par Roger Waters dont le titre est un hommage à Thaddeus von Clegg. Toujours en 1968, pour la chanson ‘Alligator’ sur l'album Anthem Of The Sun de Grateful Dead, trois membres du groupe jouent du kazoo simultanément. Jimi Hendrix fait de même avec la chanson ‘Crosstown Traffic’. Le groupe Mungo Jerry en fait usage dans plusieurs de ses chansons au début des années 1970. On peut encore citer Queen avec ‘Seaside Rendez-Vous’ sur l’album A Night At The Opera en 1975, ou encore Eric Clapton particulièrement avec sa reprise de ‘San Francisco Bay Blues’ sur l’album Unplugged en 1992…

Et l’énumération pourrait amplement s’allonger.

Le 9 août 2010, les San Francisco Giants ont organisé à l’Oracle Park une soirée hommage à Jerry Garcia, guitariste de Grateful Dead supporteur de l’équipe de son vivant, au cours de laquelle un ensemble de près de 9 000 kazooïstes a joué l’hymne non-officiel du baseball ‘Take Me Out To The Ball Game’.

Musée
En 2010, dans un espace de 600 m², le Kazoo Museum a ouvert ses portes à Beaufort, en Caroline du Sud, avec des expositions sur l'histoire de l’instrument et une collection de près de deux cents objets uniques liés aux premières pièces fabriquées et aux innovations contemporaines. On trouve également des enregistrements, des kazoos en forme de personnages de dessins animés célèbres, des kazoos électriques et du matériel vieux de plus de 100 ans. De plus, le musée présente une ancienne presse servant à la fabrication, des partitions dédiées à l’instrument et divers souvenirs.

Gilles Blampain