Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

été 18
Chroniques CD du mois Interview: THE JAMWALKERS Livres & Publications
Portrait: EDDY CLEARWATER Dossier: MOTOWN RECORDS  
 


Dossier
MOTOWN RECORDS


blues national guitars
blues national guitars
blues okeh records
blues chess records





Surnommé l’usine à tubes, le label qui a révélé un grand nombre d’artistes en apportant un soin particulier à la production ne laissait rien au hasard.   

Septième d’une famille de huit enfants Berry Gordy Jr nait le 28 novembre 1929 à Detroit, Michigan. Il quitte le lycée avant d’obtenir son diplôme de fin d’études et devient boxeur professionnel catégorie poids plume jusqu'en 1950, date à laquelle l’armée de l’oncle Sam en guerre l’envoie faire un séjour en Corée.
blues motownDe retour à la vie civile en 1953, il épouse Thelma Coleman. Intéressé par la musique il se découvre un talent de parolier et écrit des textes de chansons. Pour gagner sa vie il ouvre un magasin de disques spécialisé dans le jazz, le 3-D Record Mat, mais son commerce ne marche pas trop bien et il trouve un emploi de complément à l'usine Ford. Durant son temps libre il fréquente le Flame Show Bar, un club qui a ouvert ses portes en 1949. Il entre en relation avec Al Green, le manager du lieu qui lui fait connaître des chanteurs et musiciens, notamment Jackie Wilson qui fait ses premiers pas en solo. En 1957, Wilson enregistre une chanson que Gordy a coécrite avec sa sœur Gwen et Billy Davis, ‘Reet Petite’ rencontre un beau succès. Les deux années suivantes Jackie Wilson chante quatre autres compositions coécrites par Gordy mais ce dernier pense qu'il ne gagne autant d'argent qu'il le mérite pour ce travail et qu’il serait plus judicieux de produire et de posséder l'édition.
Il emprunte 800 $ aux membres de sa famille pour que son rêve devienne réalité : fonder une maison de disques. L’entreprise est d’abord baptisée Gordy puis Tamla d’après la chanson 'Tammy' chantée par Debbie Reynolds dans le film Tammy and the Bachelor (1957). La toute première parution de Tamla, est ‘Come To Me’ de Marv Johnson en 1959, mais le premier vrai tube qui atteint le numéro 2 dans les charts Billboard R&B a pour titre ‘Money (That's What I Want)’, une chanson cosignée avec Janie Bradford, interprétée par Barrett Strong.
A ses débuts Berry Gordy ne connaît rien à l’industrie du disque mais il a un flair unique pour aller chercher dans les clubs de jazz les musiciens qui feront la gloire de son label en lui donnant cette sonorité unique.
En 1959, Berry Gordy achète au 2648 West Grand Boulevard la maison qui deviendra le quartier général connu sous le nom de Motown's Hitsville U.S.A. Le studio de photographie situé à l'arrière l’habitation est transformé en un petit local d'enregistrement et la famille emménage au premier étage. Le 14 avril 1960, Motown et Tamla Records fusionnent en une nouvelle société appelée Motown Record Corporation d'après le surnom de la capitale de l'automobile Motor Town. Au cours des années suivantes, Motown occupera sept autres bâtiments dans le voisinage. William Smokey Robinson est nommé vice-président de la compagnie. Plusieurs membres de la famille Gordy, dont le père Berry Sr., les frères Robert et George et la sœur Esther, jouent des rôles clés dans l'entreprise. Au milieu de la décennie, Gwen et Anna Gordy rejoignent également le label dans des postes administratifs.
La musique est celle du ghetto, faite pour danser et Motown devient populaire. En 1960 un groupe vocal, The Miracles, décroche un hit avec 'Shop Around', co-écrit par Smokey Robinson et Berry Gordy.  
Un constat s’impose, à cette époque le rock and roll rafle partout la mise. Le marché de la musique est alors essentiellement tenu par les Blancs. En fondant la Motown, Berry Gordy devient le premier patron Noir d’une maison de disques. La musique est alors compartimentée, et pour un large public un artiste noir interprète avant tout du rhythm’n’blues. Si un Blanc chante la même chose, c’est considéré comme de la pop. Jusqu'à la fin des années cinquante il existe aux Etats-Unis deux listes distinctes des meilleures ventes de microsillons. Une pour la musique des Blancs, une autre pour la Race music, la musique afro-américaine. Dans cet univers musical ségrégé, les hits de la Motown triomphent rapidement sur le marché au sommet des deux classements rendant archaïque cette répartition immorale. La transition est en marche. De la façon de s’habiller à celle de se présenter rien n’est laissé au hasard. Berry Gordy met en place un programme de développement pour aider les jeunes chanteurs talentueux mais inexpérimentés à développer des styles de présentation qui les rendent attrayants pour le public - en particulier le public blanc. A cette fin il engage une maquilleuse, un professeur de maintien et un chorégraphe pour apprendre à bouger sur scène.
Brian Holland, Lamont Dozier et Eddie Holland, trio d'auteurs-compositeurs et producteurs, sont une force d'écriture et de production dominante au début des années soixante. Ils composent pour des groupes comme les Four Tops, les Temptations, les Supremes, Martha Reeves and the Vandellas, Junior Walker and the All Stars ainsi que pour Stevie Wonder, Mary Wells, Marvin Gaye, Jimmy Ruffin et les Isley Brothers. Les succès s’enchaînent. Les Miracles avec ‘You’ve Really Got A Hold On’ et 'Mickey's Monkey', Stevie Wonder avec 'Finger Tips' et 'Uptight (Everything's Alright)’, Martha et The Vandellas '(Love is Like A) Heat Wave, 'Dancing In The Street' et The Supremes 'Where Did Our Love Go' et 'Baby Love'. La liste des succès va crescendo. Mary Wells avec ‘My Guy’, les Four Tops avec ‘Baby I Need Your Lovin’ et ‘I Can’t Help Myself (Sugar Pie Honey Bunch)’, les Temptations chantent ‘My Girl’ et ‘Ain’t Too Proud To Beg’. Gladys Knight and The Pips 'I Heard It Through The Grapevine' et les Isley Brothers 'This Old Heart Of Mine (Is Weak for You)’.
Marvin Gaye qui a épousé Anna la sœur de Berry Gordy en 1961 et qui a travaillé pour le label dès les débuts s’impose comme un grand interprète et démontre la sophistication de la musique soul avec ‘Stubborn Kind Of Fellow’ et ‘Pride And Joy’ en 1963. The Supremes composées de Florence Ballard, Mary Wilson et Diana Ross, sont parmi les interprètes favoris de l'Amérique des sixties.
blues motown
Mais les artistes du label ne seraient pas ce qu’ils sont sans les hommes de l'ombre : The Funk Brothers, l’orchestre du studio Motown. C'est bien grâce à ces musiciens, créateurs et garants de ce son particulier que les chanteurs entrent régulièrement dans les hit-parades des années 60. Joe Hunter est à la tête du band de 1959 à 1964 et cède sa place à Earl Van Dyke qui assure sa mission jusqu’en 1972. Hormis ces deux maestros des claviers, le band est composé des guitaristes Joe Messina, Robert White et Eddie Willis, des percussionnistes Eddie ‘Bongo’ Brown et Jack Ashford, des batteurs Benny Benjamin, Uriel Jones et Richard ‘Pistol’ Allen et des bassistes James Jamerson et Bob Babbitt.
The Motown Sound lorgne vers la pop, en utilisant la présence de deux batteurs au lieu d'un seul ainsi que trois ou quatre lignes de guitare, des tambourins pour accentuer le back beat, une instrumentation superposée et dupliquée, des lignes de basse électriques, des structures mélodiques et d'accords distinctives avec un style de chant call-and-response qui a son origine dans la musique gospel. Les chansons ont des structures simples mais des mélodies sophistiquées, des voix de fond soigneusement arrangées, une utilisation de cors et de cordes efficace pour la diffusion en radio.   
En 1964 Berry Gordy lance le label Soul avec ‘Devil With A Blue Dress’ de Shorty Long qui enregistre le hit ‘Function At The Junction’ en 1966. Malheureusement Long meurt en juin 1969 dans un accident de bateau. Il aura eu le temps de graver quatre singles et deux albums. Afin de multiplier les opportunités de passer en radio Berry Gordy lance aussi le label VIP avec the Velvettes, the Spinners, the Monitors, the Elgins et Chris Clark. Durant la seule année 1966, Berry Gordy réussit à placer 14 titres dans le désormais classement unique Top 10. De 1961 à 1971, plus d’une centaine de titres Motown s’y inscrivent.
blues motownMotown emploie un grand nombre de personnes à Detroit, New York et Los Angeles et son chiffre d’affaires est de plusieurs millions de dollars. Berry Gordy est le businessman afro-américain le plus puissant du moment. Mais tout ne va pas pour le mieux, certains artistes se plaignent de contrats défavorables et à un moment ou à un autre il y a des tensions pour des problèmes de paiement de royalties. En 1967 les frères Holland et Lamont Dozier quittent l’entreprise, Norman Whitfield devient alors le compositeur à succès des Temptations, Marvin Gaye, Gladys Knight & the Pips...
En 1968 Motown rachète le label Ric-Tic pour 1 million de dollars afin d’ajouter des artistes à son catalogue comme Rare Earth, Laura Lee, Edwin Starr, J.J Barnes et Fantastic Four. Edwin Starr a ses plus grands succès sur Gordy filiale de Motown avec '25 Miles ', ‘My Weakness Is You' et ‘War’ protest-song contre la guerre du Vietnam qui se vend à 3 millions d’exemplaires. Cette même année, en juillet, les frères Jackson passent une audition dans les studios de la Motown. Jackie, Tito, Jermaine, Marlon et le petit Michael, qui a tout juste 9 ans, s’illustrent brillamment dans une reprise de James Brown. Quelques semaines plus tard ils signent avec le label. L’année suivante, en août 1969, ils font leur première télévision sous le patronage de Diana Ross en interprétant ‘It’s Your Thing’ des Isley Brothers. Mais les contraintes d'exclusivité sont assez sévères. Ainsi, les noms The Supremes et Jackson 5 restent propriétés de la Motown si bien qu’après leur départ les artistes doivent se trouver un nouveau nom de groupe.
Berry Gordy voit toujours plus grand, en 1969 il commence à déménager progressivement ses activités à Los Angeles pour installer définitivement son Q.G sur la côte Ouest en juin 1972. Martha Reeves, les Four Tops, Gladys Knight & the Pips viennent en Californie mais les musiciens du groupe de studio the Funk Brothers ne suivent pas. En se déplaçant à L.A Berry Gordy vise principalement l'industrie cinématographique et fait ses débuts dans le business en produisant deux films avec Diana Ross : le biopic sur Billie Holiday réalisé par Sidney J. Furie Lady Sings The Blues (1972) et Mahogany (1975) une comédie romantique avec Anthony Perkins réalisée par Berry Gordy lui-même. Parmi les autres films de Motown citons Scott Joplin (1977), Thank God It's Friday (1978), The Wiz (1978) et The Last Dragon (1985).
Au cours des années 1970 et 1980, Lionel Richie, les Commodores, Rick James,blues motown Teena Marie, the Dazz Band et DeBarge ont du succès, mais au milieu des années 1980, Motown commence à perdre de l'argent ce qui ne l’empêche cependant pas de fêter en grande pompe ses 25 ans en 1983 avec un show télévisé d’envergure, mais l’enthousiasme des débuts n’est plus là.
En juin 1988 Berry Gordy vend ses parts à MCA Records (qui a signé un contrat de distribution avec le label en 1983) et à Boston Ventures pour 61 millions de dollars. En 1989, il cède ses activités de production de films à la directrice de Motown, Suzanne de Passe, qui rebaptise la société de Passe Entertainment et gère l’entreprise jusqu’en 2012. Motown passe dans le giron de PolyGram en 1994 qui sera absorbée par Universal Music Group en 1999.
Motown reste la maison de disques la plus prolifique de l'histoire de la musique afro-américaine avec des tubes de légende et Berry Gordy est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame en 1988. En 2016, il reçoit la Médaille nationale des arts des mains du président Barack Obama pour « avoir contribué à créer un son novateur dans la musique américaine ». Depuis 1985 le premier siège social du label sur Grand Boulevard à Detroit est un musée et les studios sont dans l’état où ils étaient avant le déménagement à Los Angeles en 1972. 

Gilles Blampain