Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

02/18
Chroniques CD du mois Interview: Cotton Belly's Livres & Publications
Portrait: ALBERT COLLINS Dossier: VEE JAY RECORDS Interview: LENNY LAFARGUE
 


Dossier
VEE JAY RECORDS


blues national guitars
blues national guitars







Ce label mythique fondé dans les années 1950 a connu de nombreux déboires mais a constitué en une douzaine d’années un catalogue inestimable.  

A la fin des années 1940, Vivian Carter (25 mars 1921 – 12 juin 1989) et James C. Bracken (23 mai 1909 – 20 février 1972) possèdent un magasin de disques à Gary dans l’Indiana, et Vivian est disc-jockey sur les ondes de la stationblues vee jay records WGRY. La musique noire que Vivian diffuse dans son émission de radio n'est pas forcément disponible sur microsillons. Voulant enregistrer un groupe en qui elle croit, le couple a une idée et estime pouvoir obtenir le soutien des radios et écouler ses productions grâce à ses contacts commerciaux. En 1953, Vivian et James créent le label qu’ils nomment Vee Jay, les initiales de leurs deux prénoms. C’est l'une des premières maisons de disques appartenant à des Afro-Américains. Ils empruntent 500 $ pour produire le premier album et les sessions sont organisées en juin 1953. ‘Baby, It's You’ par The Spaniels, band composé de James ‘Pookie’ Hudson (ténor principal), Gerald Gregory (basse), Willis C. Jackson (baryton), Opal Courtney (baryton) et Ernest Warren (premier ténor), est un succès immédiat. Les Bracken organisent leurs canaux de distribution, mais dans les débuts les singles sont publiés sur la marque Chance d'Art Sheridan. Ce n’est qu’en décembre que leur entreprise devient opérationnelle.
Le succès des Spaniels a attiré l’attention d’un musicien qui a essuyé un refus chez Chess. Il s’agit de Jimmy Reed. Il sera le vendeur le plus constant du label. Il apparait régulièrement dans les charts R&B et pop avec des chansons telles que ‘Bright Lights, Big City’ et ‘You Do not Have To Go’. L'ingrédient clé dans le son de Jimmy Reed est sans doute l'ajout du guitariste Eddie Taylor qui fournit un certain dynamisme aux chansons. Un band de doo-wop du West side signé par les Bracken, les El Dorados, composé de Pirkle Lee Moses (soliste), Louis Bradley (ténor), Jewel Jones (deuxième ténor-baryton), Arthur Bassett (ténor) et Richard Nickens (baryton-basse), décolle peu de temps après.
Au début de 1954, les Bracken déménagent leur quartier général de Gary à Chicago dans un modeste local au 412 East 47th Street. Cet endroit rapproche Vee Jay de ses concurrents, United, Chess, Parrot et Chance. En août, la compagnie a tellement grandi qu’elle change à nouveau pour un espace plus grand situé au 4747 South Cottage Grove.
Avec l'embauche, en 1955, d'Ewart Abner Jr., un gestionnaire avisé, Vee Jay est catapulté dans les sphères supérieures. Plutôt que de s'adresser exclusivement aux Noirs, Abner vise une audience tout public. Ewart Abner, d'abord manager deviendra vice-président et finalement président. Le frère de Vivian, Calvin Carter, est nommé directeur artistique.
En cette année 1955 John Lee Hooker qui a enregistré sur les labels Chance, Chess, Modern, signe avec Vee Jay. Les premières sessions se font avec Jimmy Reed à l'harmonica pour quelques prises, le guitariste Eddie Taylor, George Washington à la basse, et le batteur de longue date de Hooker, Tom Whitehead qui s’arrange du sens du rythme erratique du leader. Deux singles paraissent, mais sans succès.
En 1956 un beau dynamisme s’impose. Vee Jay Cavalcade Of Stars, une tournée rassemblant les musiciens maison part deux mois sur les routes. The Dells enregistrent leur premier succès, ‘Oh What A Night’ qui se place en quatrième position des charts R&B et se vend à plus d'un million d'exemplaires. En 1958 un autre groupe du label, Jerry Butler and the Impressions, décroche un hit avec ‘For Your Precious Love’ qui frôle le million d’exemplaires, mais le band se sépare rapidement.
blues vee jay records
En 1959, Vee Jay achète un bâtiment de deux étages au 1449 South Michigan avenue et y installe son nouveau siège. Avec ce déménagement, l'entreprise cesse de gérer sa distribution à Chicago, transférant le marché local à M.S. Distributing. La société restera dans ce bâtiment jusqu'à sa liquidation en 1966.

Dans les années 1960 le label investit la soul avec Gene Chandler, Dee Clark et Betty Everett qui inscrivent des singles dans les charts pop et R&B. Vee Jay est également le premier à sortir un disque des Pips, rebaptisés Gladys Knight and the Pips en 1962 quand ils passent chez Fury Records. 

Le catalogue possède de solides artistes de jazz avec Wynton Kelly, Lee Morgan, Eddie Harris et Wayne Shorter, quelques formations de gospel comme The Staple Singers, The Argo Singers, Swan Silvertones, The Caravans, Dorothy Love Coates and the Gospel Harmonettes et Maceo Woods, et s'aventure même dans la musique folk avec Hoyt Axton et The New Wine Singers. On retiendra surtout les nombreux bluesmen: Jimmy Reed, John Lee Hooker, Betty Everett, Eddie Taylor, Memphis Slim, Billy Boy Arnold, Snooky Pryor, John Lee Hooker, Big Joe Williams, Floyd Jones, Pee Wee Crayton, J.B. Lenoir, Elmore James…
Mais la réussite repose aussi sur des groupes pop et rock and roll, comme les Four Seasons (premiers artistes non afro-américain du label) dont le succès ‘Sherry’ est énorme. Cependant pour une question de finances l’entreprise est dans l’impossibilité de rééditer plus de copies de ce titre. Les Four Seasons finiront par rejoindre Philips. La pire chose serait alors de signer un autre groupe, pourtant c’est ce qui arrive. Vee Jay acquiert en février 1963 les droits de certains des premiers enregistrements des Beatles suite à un accord de licence avec EMI, car Capitol Records la filiale américaine du groupe britannique n’est pas intéressée par les quatre de Liverpool. En réalité, l’intérêt ne se porte pas vraiment sur les Beatles mais vise un autre hit d'EMI, ‘I Remember You’ par Frank Ifield, chanteur qui cartonne dans le monde anglo-saxon. EMI impose les Fab Four pour céder Ifield. ‘Please, Please Me’ et ‘From Me to You’ sortent sur Vee Jay. Des problèmes de liquidités causés par Ewart Abner qui a utilisé les fonds de la société pour couvrir ses dettes de jeu obligent le label à donner des priorités à ses engagements. Estimant que les Beatles et Frank Ifield sont des cas moins urgents, décision est prise de ne pas payer de royalties sur leurs ventes. En conséquence, EMI rompt le contrat et met l’affaire devant les tribunaux. La société cesse temporairement ses opérations au cours de la seconde moitié de 1963. Malgré ce contentieux entre les deux maisons de disques, Vee Jay sera autorisé à publier un seul et unique album de 12 titres Introducing… The Beatles en janvier 1964. Quand les affaires reprennent en 1965 Vee Jay signe Jimmy Boyd ex-enfant star en 1952 avec ‘I Saw Mommy Kissing Santa Claus’ ainsi que Little Richard pour un enregistrement en mode gospel d’un hit gravé antérieurement chez Speciality ‘I Don't Know What You've Got (But It's Got Me)’.
L’entreprise fait faillite en août 1966 laissant une dette de 3 millions de dollars. Des cadres de la société, Betty Chiappetta et Randy Wood, reprennent l’entreprise et transforment le nom en Vee Jay International. De 1967 à 1972, la société se limite à la vente d’une partie des stocks disponibles et à la location des masters à Buddah Records, qui sort la série ‘The First Generation’, et à Springboard International, qui publie via sa filiale Upfront des dizaines d'albums à partir du matériel laissé par le couple Bracken. Dans les années 1970, Vee Jay International publie à nouveau un certain nombre de titres sur des disques vinblues vee jay recordsyles et des cassettes 8 pistes. En 1978, paraît Silver Anniversary Catalog pour commémorer le 25ème anniversaire du label.

L’affaire est relancée en 1982 par une nouvelle équipe avec orientation dance et R&B, mais ferme en 1986 malgré la parution du CD Hits From The Legendary Vee Jay Records. En 1990, le président de Chameleon Music Group, Daniel Pritzker, rachète VJ International à Betty Chiapetta et réédite le contenu de la collection jusqu'à ce que Chameleon devienne inactif en 1995. Sous la direction de Michele Tayler, la société est réactivée à Redding, Connecticut, en 1998 sous le nom de The Vee Jay Limited Partnership. En juillet 2014, son catalogue est acquis par Concord Music Group. L’héritage musical laissé par Vee Jay reste inestimable.

Gilles Blampain