Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

09/17
Chroniques CD du mois Portrait: WILLIE MABON Livres & Publications
  Dossier: EXCELLO RECORDS  
 


Interview
BAD MULES


blues deraime
blues electrique bazar
blues electric bazar
blues kaos karma






Délicieusement vintage tout en étant parfaitement actuel les Bad Mules font dans le raffinement musical entre swing et soul. Une pêche incroyable, une sensualité à fleur de note, un feeling d’enfer et de bonnes vibrations. Rappel des faits…

Blues Again : Pourquoi ce nom ?
Denis Agenet : Parce que Rolling Stones était déjà pris. En fait je ne sais pas... une soirée arrosée dans un bar nantais et le nom nousblues bad mules a plu à tous, donc nous n'avons pas cherché plus loin. Quand on y réfléchi, à la base tous les noms sont... bof ! C'est le groupe qui fait que ce nom devienne quelque chose... ou pas.

L’aventure date depuis quand ?
2003 ! Décembre précisément, et ce qui est drôle, c'est que Julien devait faire partie du projet à l'origine mais il est allé vivre 3 mois aux USA. Donc il y a eu un autre guitariste au début mais il a fini par le remplacer un an et demi plus tard.
Comme pour beaucoup, le groupe est né des rencontres dans des jams, à l'époque un bar jazz blues qui programmait 3 fois par semaine... et donc cette envie de monter un nouveau projet sans trop savoir où ça mènerait.
La rencontre entre nous, c’est donc le schéma classique, Julien et moi sommes amis et j'adore sa façon de jouer, encore plus maintenant qu'on se connait très bien. Freddy, rencontré dans un autre groupe ne venait pas du tout de ce milieu blues... mais on s'est tout de suite bien entendu alors on l'a inondé de disques swing et blues, et ça a marché.
Philippe, le dernier arrivé, était le 4ème qui nous manquait. On cherchait désespérément la bonne personne pour compléter ce combo que l'on voulait absolument sans basse mais avec un orgue. Ce qui lui a plu tout de suite, le rôle de d'organiste ET de bassiste main gauche.
Pour la couleur musicale, nous apportons tous nos envies, nos idées, même sur les compositions qui sont écrites soit par Julien soit par moi, Freddy et Philippe participent aux arrangements.
Le tout premier gig de Bad Mules s’est déroulé le 25 février 2004 au Canotier justement, ce bar ou il s'est passé beaucoup, beaucoup de choses.blues bad mules
Nous sommes une espèce de « famille » de musiciens sur Nantes, nous avons tous joué ensemble à un moment ou à un autre, c'est d'ailleurs pour cette raison que nous avons fait appel à Arnaud (Fradin) pour le mixage de notre nouveau CD. On se connait depuis 17 ou 18 ans, alors quand il nous a proposé de faire le mix ça nous a paru un très bon choix !

Présentation des Mules… 
Julien Broissand : guitare et chant. De nombreux séjours en Floride et en Géorgie lui ont permis de travailler avec des artistes comme Little Mike, Steve Miller, Karl Davis, Josh Miller, Jim McKabba ou Jonathan Buck. Depuis 3 ans il fait également partie de Juke, un groupe de soul nantais.
Freddy Pohardy Riteau : saxophones (baryton et ténor). Il est imprégné de musique latino aussi bien que de blues, de rock’n’roll ou de swing. Freddy multiplie les collaborations avec Gizelle, Roy Thompson and the Mellow Kings, Josh Miller et, parallèlement, développe des projets de rue avec la Fanfare Rue 440 et le Quartet Saxez l’Air.
Philippe Gautier : orgue Hammond. Il a intégré le band en 2012. Son terrain préféré reste celui des musiques afro-américaines. 
Denis Agenet : batteur chanteur & guitariste à ses heures, ce qui me permet de composer textes et musiques comme un grand dans mon petit studio ! Je suis fan de toute la musique afro américaine de New Orleans à Chicago en passant par Memphis et Nashville...
Ce sont d'ailleurs plusieurs séjours dans ce pays qui m'ont permis de rencontrer de nombreux artistes que j'adore et de collaborer avec certains par la suite. 

Quelles ont été vos influences ?
Elles sont multiples ! Ça va du vieux swing années 40 au rhythm’n’blues des 60's en passant par les faces rock’n’roll des années 50 et bien sur tout ce qui touche de près à la musique de la Nouvelle Orleans.

Répétez-vous beaucoup, ou y a-t-il une telle osmose entre vous que cela n’est pas trop nécessaire ?
Autant que possible mais c'est par période. S’il y a de l'actualité, concerts importants à venir ou pré-prod d'album, c'est très concentré, et parfois c'est plus espacé ce qui nous permet de nous consacrer à d'autres projets.

Bad Mules, c’est une association de potes ou une entreprise professionnelle ?
Les deux ! Inconcevable pour nous de jouer et être souvent ensemble sans être de bons amis.
Bien sûr c'est notre métier donc il faut également que ça rapporte un peu !

Parle-nous du dernier CD ‘Keep Rolling’
C'est donc le 4ème album de Bad Mules, totalement autoproduit car nous n'avons pas de prod ni de distribution. On ne serait pas contre mais je crois que nous aurions plus besoin d'aide sur le booking et le management. Premier album plié en si peu de temps, nous avons attaqué les prises instruments « live » début mars et il est sorti mi-juin. Un record pour nous.
Les compositions sont de Julien et moi-même, au nombre de 9, ce à quoi nous avons ajouté 3 reprises de Johnny Guitarblues bad mules Watson, Dave Bartholomew ainsi que Jimmy Liggins.
Il y a eu un gros travail perso pour Julien et moi en amont, car nous voulions tous deux peaufiner nos morceaux, que les textes soient exactement comme on le souhaitait et que la musique trouve sa place dans le répertoire du groupe. Une fois le travail de groupe fait, avec Freddy et Philippe, ça a fonctionné nickel.

Quels sont les projets du groupe?
Tout d'abord faire aussi bien que possible la promo de Keep Rolling, avec les moyens du bord, ensuite j'espère que cela nous permettra de jouer sur de belles scènes et de le vendre. Nous avons déjà quelques bons rendez-vous pour 2015 comme les RDV de L'Erdre de Nantes, Le So Blues au Mans, Vache de Blues à Villerupt, le Hall Blues Club à Pelussin, j'espère La Charité sur Loire car cela fait 3 ans que c'est en pour parler… Bref, 2015 s'annonce plutôt bien !

Combien de concerts par an ?
Cette année par exemple nous avons fait 42 dates, il y a des années ou c'est plus mais rarement moins. Car selon les projets annexes qui peuvent prendre du temps, et les boulots parallèles de Julien et Philippe (Freddy et moi en vivons à temps plein), les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Une année de sortie d'album se verra forcément plus remplie car il y a de l'actualité. Je pense que depuis les débuts de Bad Mules nous avons dû passer les 700 dates car il y eu des années vraiment blindées.

Depuis tant d’années tu dois avoir pas mal de souvenirs de scène…
Des tonnes, pas un en particulier... 20 ans que je fais ce boulot et 10 ans avec Bad Mules, je te laisse imaginer le nombre d'anecdotes bonnes ou mauvaises, que j'ai en stock. Des mauvais souvenirs, heureusement pas des tonnes. Oui, quelques-uns mais on préfère les oublier. Souvent plus en rapport avec des personnes désagréables qu'avec la musique directement.

Et les rencontres…
Ceux qui me connaissent savent que la démagogie n'est pas dans mes cordes, mais sincèrement il n'y en a pas une plus belle que les autres, et là je ne peux parler qu'en mon nom. Je commencerai par tous les amis Nantais, on se connait depuis 15 ou 20 ans pour certains, on a tous joué les uns avec les autres, fait des bouffes, des soirées, des jams jusqu'à pas d’heure. Donc bien sûr avant tout, ce sont ces rencontres là les plus importantes !
Ensuite, oui, il y a les rencontres ponctuelles sur un festival ou lorsqu'on accompagne quelqu'un que l'on approche pour la première fois. Donc une petite pensée pour Doctor Burt que j'ai accompagné et qui nous a quittés récemment, c'était vraiment une crème.

Que fais-tu en dehors de la musique ?
Rien d'extraordinaire car la musique est un métier mais également une passion, donc ça prend énormément de temps. Sinon, le bricolage, la pêche. Mais dès que l'occasion de voyager se présente, nous sommes partants.

Derniers coups de cœur musicaux ?
Nous avons tous flashé sur Davina & the Vagabonds que nous avons croisé sur un festival en Laponie, lors de notre avant dernière tournée en Finlande. C'est une tuerie 

Un rêve…
Faire un tube avec un morceau de blues ou de swing et être peinard le reste de nos jours financièrement, pour là, ne faire de la musique que pour le plaisir.

Un dernier mot…
Venez nous voir en concert, nous bien sûr, mais en règle générale, sortez et écoutez de la musique !

Gilles Blampain – Octobre 2014

www.bad-mules.com

blues bad mules