blues again en-tete
10/21
Chroniques CD du mois Interview: KELLY Z Livres & Publications
Portrait: JIMMY DAWKINS Interview: JEANETTE BERGER Dossier: FIFE & DRUMS
 


Interview
JEANETTE BERGER


KING KONG BLUES
king kong blues
king kong blues
BLUES LUCKY WILL





Un piano, une voix, pour faire vibrer une musique de l’âme parfois mélancolique, parfois torturée, mais toujours avec une émotion sincère.
    

Blues Again : D’où viens-tu Jeanette ?
Jeanette Berger :  J’ai grandi en Bourgogne du sud, à côté d’une petite ville qui s’appelle Mâcon. J’ai depuis vadrouillé un peu, mais j’avoue être toujours revenue dans la région : je dois être une grande mélancolique attachée auxblues jeanette berger choses avec lesquelles j’ai grandi, alors j’y reviens avec plaisir. J’aime les bonnes choses de la vie, bien manger, le temps passé à refaire le monde entre musiciens, et j’adore écrire et raconter des histoires !

Parle-nous de ton éveil à la musique, ton parcours… 
J’ai commencé la musique par le piano, petite. Il y avait un piano chez ma grand-mère, et il semblerait que j’ai réclamé à apprendre après avoir tâtonné sur les touches noires et blanches. J’ai suivi 10 ans de formation (pas toujours très assidue !), et c’est ce qui m’a permis de découvrir de nombreuses facettes de la musique, d’hier à aujourd’hui, d’avoir la curiosité de l’écriture musicale, la composition, l’improvisation… et l’envie de monter sur scène ! J’ai commencé à m’accompagner au chant adolescente, et c’est à la fin du lycée que j’ai commencé à me produire dans les cafés-concerts et piano-bars de ma ville. J’ai ensuite eu envie d’écrire mes chansons, et le chemin était lancé…

Te souviens-tu du premier blues ou rock entendu ? 
Je n’aurais pas de titre en tête, mais je pense que ça devait être du Queen ! Ça tournait en boucle à la maison, et Freddie sera dur à détrôner en matière de capacité vocale.

Quelles ont été tes principales influences ? 
C’est lorsque j’ai découvert Ray Charles et son univers de dingue que j’ai vraiment eu envie de faire ce métier. J’ai plus tard découvert Alicia Keys, et son univers m’a forcément beaucoup parlé, notamment au niveau de la façon d’écrire les chansons, de raconter ses histoires.

Sur scène tu t’accompagnes au piano, tu joues aussi de la guitare, joues-tu d’autres instruments ? 
Et non, c’est à peu près tout pour le moment. Je dois encore approfondir ma pratique de la guitare, j’avoue rester très attachée au piano que je connais beaucoup mieux. Mais j’aimerais beaucoup tester la batterie. 

Où et quand as-tu fait ton premier concert ? 
C’est une question difficile, étant donné que j’ai joué dans beaucoup de piano-bars avant de me lancer vraiment en mon nom, avec mes chansons… Elles étaient déjà présentes parmi un répertoire de reprises… mais si on s’attache à une date avec mon répertoire seulement à l’affiche, je mentionnerais volontiers la Scène sur L’eau, à Mâcon, lors de l’Eté Frappé 2012, le 21 Juin.

Maintenant, combien de concerts par an ? 
Les temps sont durs depuis deux ans malheureusement… Et j’avoue en ce moment me produire moins que lorsque j’ai débuté : j’ai joué en piano-voix dans énormément de festivals en région voir en très local, dans des communes proche de Mâcon qui m’ont aidé au développement à mes débuts. Nous sommes désormais 6 musiciens sur scène, et une date est naturellement plus compliquée à produire qu’auparavant. Mais j’ai eu la chance de me produire avec eux sur des scènes de renoms, et c’est entre autre ce qui nous fait vibrer… Solidays, Musilac Mont Blanc, le jardin de Cybèle dans le cadre de Jazz à Vienne… C’est magique !

En quoi la scène est-elle indispensable ? 
C’est ce pourquoi je fais de la musique : j’aime me retrouver confrontée à cet instant très précis, où je peux raconter mes histoires, transmettre des émotions, emporter le public le temps d’une chanson. J’aime cette notion d’instant qui n’aura lieu qu’une fois, et qui est différent à chaque fois.
BLUES jeanette berger
Un bon souvenir de scène… Un mauvais souvenir de scène… 
Le Bon souvenir : Nous jouons en début d’après-midi à Solidays sur la scène César Circus. Le public est très attentif, assis dans l’herbe à profiter, mais un peu trop sage à mon goût. Il ne nous reste que quelques minutes d’une chanson, et j’appelle tout le monde à se lever et danser avec nous. La réponse est unanime et la foule se lève, et chante avec nous, plus fort que ce que j’aurais pu l’imaginer alors !
Le mauvais souvenir : fin d’été 2019, nous devons jouer sur l’une des plus belles scènes de ma Ville. C’est un retour aux sources très attendu puisque je suis alors installée en Haute Savoie depuis plusieurs années. Nous prenons l’orage de l’été, qui dévaste la scène. Au-delà du fait que le concert est bien évidemment annulé, mon piano de scène a complètement pris l’eau dans la tempête. Grosse angoisse pour assurer la suite de la tournée.

Présente-nous tes compagnons de scène.
Je suis accompagnée depuis 3ans par deux choristes : Sandra Barranco et Charlotte Gagnor (qui a remplacé depuis peu Marine Poirier). Depuis 2015 je suis entourée de musiciens, et un nouveau line up a été constitué ce printemps : Sébastien Albertone (batterie) qui était déjà des nôtres a été rejoint par Phil Malick (basse) et Stéphane Viard (guitare). 

Il y a eu l’album In My Mind en 2018, et en début d’année le Live du concert donné à Sanary sur Mer à l’été 2020, un autre enregistrement est-il en projet ? 
Et oui ! D’où cette nouvelle équipe : nous préparons l’enregistrement d’un nouvel album studio. 

Quelles sont tes sources d’inspiration pour écrire et composer ? 
Ce sont des instants de vie qui nourrissent les chansons que j’écris. Une émotion, une sensation, parfois très brève, qui surgit et que j’ai besoin d’immortaliser, d’écrire et d’approfondir en musique. Une mélodie qui arrive dans ma tête et que j’ai besoin de jouer, d’y mettre des mots, d’inventer une histoire, mais souvent à partir de « faits réels ». 

Comment définirais-tu ton style ? 
Soul & Blues. C’est une musique qui vient de l’âme, des chansons parfois mélancoliques, souvent torturées, mais toujours sincères et brutes.

En dehors de tes engagements personnels, travailles-tu sur d'autres projets en collaboration ? 
J’ai rarement travaillé en collaboration, et j’avoue être assez concentrée en solitaire sur l’écriture pour mon répertoire. J’ai cependant participé à une création pour la Biennale de la Danse et on m’a quelques fois sollicité pour co-écrire ou composer des chansons… Un régal !

Quels sont tes projets pour les mois à venir ? 
Nous serons en concert à Paris ! Nous devions nous y produire en 2020, et il a fallu attendre plus d’un an pour pouvoir enfin emmener mon équipage actuel fouler les planches de ce mythique Sunset, rue des Lombards. Nous serons ensuite en studio pour enregistrer ce deuxième album (studio) dont je parlais précédemment.
BLUES jeanette berger
Pour parler d’autre chose, quels sont tes hobbies en dehors de la musique ? 
Et oui il y en a ! J’adore la montagne et l’évasion que ces espaces procurent. Je passe beaucoup de temps chaque année à vadrouiller, gravir des sommets, repousser un peu mes limites à chaque fois, pour aller plus loin, plus haut. J’aime aussi beaucoup lire, surtout des romans, et voyager. Le must est de réussir à combiner tout ça.   
Quel est ton lieu de prédilection ?
Là aussi, je dirais la montagne ! Quand on est tout en haut, tout petit, face à l’immensité.
Quels ont été tes derniers coups de cœur musicaux ? 
Dernièrement j’ai flashé pour les excellents Black Pumas. C’est une musique que j’adore, qui transpire et où l’on ressent la chaleur des êtres humains. J’adore aussi Lianne La Havas, qui dégage une telle émotion à elle seule, c’est renversant. Il y a aussi HER que j’aime beaucoup, qui pose sa touche de virtuosité à la soul moderne.

Quel serait ton rêve le plus fou ? 
J’avoue que mes rêves grandissent d’années en années, et certains se sont réalisés plus vite que je ne l’aurais cru ! Je dirais peut-être écrire une chanson pour, et chanter avec l’immense Alicia Keys.

La question que je n’ai pas posée…
Ça c’est une très bonne question, à laquelle je n’ai pas de réponse… C’est toujours un plaisir de pouvoir parler de ma musique, ce qui nourrit mon envie d’écrire des chansons, et de pouvoir le partager, alors merci pour ce temps qui m’est consacré.

Gilles Blampain – juillet 2021

https://www.facebook.com/jeanettebergermusic/

BLUES jeanette berger