Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

03/19
Chroniques CD du mois Interview: larsen blues Livres & Publications
Portrait: blind boy fuller Interview: midnight burst Dossier: indian blues
 


Interview
MIDNIGHT BURST


KING KONG BLUES
king kong blues
king kong blues
blues rosemude
Blues midnight burst




Un power trio qui libère les décibels. On peut appeler ça du heavy-blues ou tout simplement du rock… ou du blues… au choix !   

Blues Again : On commence par les présentations…
Nico G : Midnight Burst est un trio blues/rock très influencé par la musique des 60's-70s. Je suis le guitariste et chanteur du groupe. Je suis né à Lyon, et j'y vis toujours. J'adore la musique, tous les styles : rock, blues, soul, jazz, classique... Et j'aime aussi lire, regarder des films et des séries et évidemment jouer de la guitare ! Blues midnight blues
Stan : Je suis le bassiste du groupe, né à Nancy et lyonnais depuis mes 14 ans, j’adore cette ville et sa région ! Passionné de musique depuis toujours. Je joue plusieurs instruments, basse, guitare et percussions, mais principalement de la basse avec Midnight Burst.
Nico M : je suis le batteur du groupe, je suis né à Rouen et suis en Rhône-Alpes depuis 2001. J'ai toujours été fan de batterie, notamment parce que je regardais le Club Dorothée avec le batteur Bernard Minet plusieurs fois par semaine. Je travaille la batterie depuis 1994 dans différentes écoles et enseigne depuis 2008 dans trois écoles du Rhône et de la Loire. Je joue en groupe depuis 1996, je viens principalement du rock (Queen, Hendrix, Deep Purple, Led Zeppelin, Téléphone, Noir Désir...) puis je me suis mis au prog (Ange, ELP, Jethro Tull, Pink Floyd) ainsi qu'au metal sur le tard (Maiden, Therion, Nightwish etc..). J'ai joué différents styles (folk irlandais, rock, metal, funk, jazz) mais je reviens très régulièrement au rock et au prog.

Comment votre trio est-il né ? Comment s’est fait la rencontre entre vous ?
Nico G : Stan et moi jouons de la musique ensemble depuis qu'on est adolescent. On a plusieurs groupes ensemble. On a commencé Midnight Burst en duo (guitare acoustique + kit percussions) en 2016. On joue régulièrement dans les bars et on reprend tous les classiques du blues et du rock des années 60 et 70. En 2017, on décide d'intégrer Nico (Mermoud) et de devenir un power trio guitare/basse/batterie. Nos influences vont du Delta blues, au British blues des 60's et en passant par le rock 70's. On travaille sur notre premier album qui devrait sortir courant 2019.
Stan : Nico G, et moi nous sommes rencontrés au collège et depuis nous faisons beaucoup de musique ensemble, cela va bientôt fait 20 ans maintenant ! Et avec Nico M, nous jouons ensemble depuis une dizaine d’année, nous commençons à bien nous connaître. Et depuis nous jouons souvent tous les trois dès que nous en avons l’occasion !
Nico M : J'ai rencontré Stan en intégrant un de ses précédents groupes, les Mockings, puis nous nous sommes rejoints avec Nico G, Stan et un autre guitariste dans le groupe « Rappel(s) rejoue Téléphone ».

Pourquoi le choix de ce nom ?
Nico G : Midnight vient de la chanson ‘Midnight Special’, un traditionnel américain, notamment repris par les Creedence Clearwater Revival, et Burst vient de la mythique Gibson Les Paul Sunburst !

Qui imprime la couleur musicale du groupe ?
Nico G : Pour le moment, c'est moi qui a composé la base des morceaux et qui a écrit les textes. On retravaille et réarrange mes idées en groupe. Mais rien n'est figé et tout le monde peut proposer ses morceaux.
Nico M : Je suis responsable de tout ce qui est cloche (percussions) au sein du trio.
Stan : Et moi responsable des tierces (chœurs) !

Parlez-nous de votre éveil à la musique …
Nico G : Je viens d'une famille qui écoute beaucoup de styles de musique différents : rock, opéra, jazz, blues... J'ai commencé la guitare à 15 ans quand j'ai découvert le rock 70's. Depuis, j'essaie d'apprendre régulièrement de nouveaux instruments à cordes tels que le banjo, le weissenborn, le ukulélé, le chant... Je joue professionnellement dans plusieurs groupes et notamment dans Kill Gallon (folk/blues) et évidemment dans Midnight Burst.
Stan : J’ai commencé à écouter de la musique très jeune, mes parents étant musiciens eux-mêmes. J’ai reçu mon premier disque vers 6/7 ans, c’était le premier album de Téléphone, et j’ai vite été accro ! Puis j’ai découvert la musique des 70’s avec YES, Led Zeppelin, Deep Purple, Ten Years After … Maintenant j’écoute aussi beaucoup de jazz et de musique classique.
Nico M : J'ai toujours été fan de musique, mon jour préféré était la fête de la musique où j'allais me promener dans Rouen avec des amis. Puis j'ai dû patienter plusieurs années avant de trouver une école qui puisse faire les cours de batterie que je recherchais, puis les groupes entre amis se sont faits naturellement par le biais du lycée.

Vous souvenez-vous du premier blues ou rock que vous avez entendu ? 
Nico G : Je me souviens que j'adorais ‘Rock Around The Clock’ de Bill Haley quand j'étais petit. Sinon, mon premier gros choc à 14 ans, a été la découverte des albums Made In Japan de Deep Purple et Led Zeppelin II. C'est pour jouer ‘Smoke On The Water’ et ‘Whole Lotta Love’ que j'ai commencé la guitare.
Stan : Téléphone ! Mais mon premier coup de cœur pour le blues m’est venu avec Led Zeppelin avec des titres comme ‘Since I’ve Been Lovin You’, ‘Lemon Song’ ou ‘I’m Going Home’ de Ten Years After.
Nico M : A part ce que j'ai vu à la télé étant petit, mon premier souvenir est la découverte de la K7 du Greatest Hits 1 de Queen dans les affaires de ma mère, elle m'a dit que c'était du rock. Je ne faisais pas forcément attention à la différence entre blues et rock, puis j'ai acheté un CD Feeling The Blues, mais finalement les morceaux n'étaient pas vraiment blues.
Midnight blues
Quelles ont été vos principales influences ? 
Nico G : Dans Midnight Burst, au niveau musicales, mes influences principales sont Led Zeppelin, Fleetwood Mac, Jeff Beck, Cream, Muddy Waters, Joe Bonamassa, Blind Willie Johnson... Au niveau des paroles, j'aime bien les textes des groupes de rock progressif : Pink Floyd, Tool... Sinon, tout peut m'influencer, mes lectures, les films et séries que je regarde. Je m'intéresse aussi beaucoup aux sciences et à la philosophie et je l'intègre dans les paroles.
Stan : Mes premières influences sont plutôt rock 70’s comme Led Zeppelin, YES, The Who, Pink Floyd, Emerson Lake and Palmer mais aussi le folk/bluegrass comme Neil Young, Tommy Emmanuel, et plus récemment Lisa Hannigan, Sarah Jarosz, Gillian Welsh et Dave Rawlings. Un peu de prog aussi comme Porcupine Tree, Transatlantic, Dream Theater, Symphony X, un peu de pop comme U2, Police, Sting, John Mayer, Salomé Leclerc, Agnès Obel. Puis enfin le jazz avec Ella Fitzgerald, Chet Baker, Avishai Cohen, Norah Jones … beaucoup de styles en fait. 
Nico M : Ma première influence a donc été Bernard Minet, puis le batteur de Queen, Roger Taylor, mais celui qui m'a le plus marqué reste John Bonham quand je l'ai découvert dans la vidéo ‘The Song Remains The Same’, j'ai vraiment pris une grosse claque. La deuxième plus grosse claque a été en achetant l'album Metropolis Part II : Scenes From A Memory de Dream Theater et en découvrant le jeu de Mike Portnoy. Hormis ça, les compositeurs ou groupes qui m'ont vraiment marqué (en plus de ceux déjà cités) : The Who, The Beatles, Opeth, Caravan, Pain Of Salvation, Camel, Transatlantic, Alan Stivell, Dan Ar Braz, Coltrane, Art Blakey, Billy Cobham, Bach (Variations Goldberg), Moussorgky (Tableaux d’Une Exposition)...

Quels musiciens entrent dans votre panthéon personnel ?
Nico G : Mes guitaristes préférés sont Jimmy Page, Jeff Beck, Slash, Tommy Emmanuel, Joe Pass. Mais j'adore aussi d'autres instrumentistes : John Bonham, Chick Corea, Miles Davis, Stan Getz...
Stan: Jimmy Page, Tommy Emmanuel, Victor Wooten, John Entwistle, Dave Larue, Ella Fitzgerald, John Bonham, Mike Portnoy ...
Nico M : Freddie Mercury, Animal, Nicko McBrain, John Bonham, Keith Moon, Billy Cobham, Art Blakey, Mike Portnoy, Dio...

Où et quand avez-vous fait votre premier concert ?
Nico G : A 15 ans, j'ai pris des cours dans une MJC, et à la fin de l'année, j'ai fait mon premier concert dans une salle lyonnaise assez réputée. J'ai joué ‘TNT’ d'AC/DC avec Stan. J'en garde un super souvenir. Sinon, le premier concert de Midnight Burst en trio, c'était au Roadhouse à Annecy (un bar/club à concert), on reprenait des morceaux de rock et de blues, et c'était vraiment super : le feeling entre nous 3 est arrivé dès les premières notes.
Stan : Dans la même MJC que Nico G, j’ai joué pour mon premier concert ‘Un Autre Monde’ à la guitare, j’étais super fier.
Nico M : En 95, dans ma première école, aux claves, j'étais mort de peur, puis après direct dans la même école ‘Blue Rondo A La Turk’, c'était un cran au-dessus !

blues midnight bluesMaintenant avec Midnight Burst combien de concerts par an ? 
Nico G : On fait environ une vingtaine de concerts par an, en duo ou en trio.
En quoi la scène est-elle indispensable ? 
Nico G : La scène c'est le moment de communication et de partage entre les musiciens et le public. Une symbiose peut se créer et on ressent alors des choses vraiment extraordinaires, donc oui, c'est indispensable !
Stan : C’est vraiment ce que j’aime en tant que musicien, partager un bon moment avec le public mais aussi avec les autres musiciens. Et puis surtout, contrairement à un album où tout est figé, sur scène il est possible d’improviser et de jouer en fonction du public et ça c’est vraiment top !
Nico M : Etant enseignant en batterie, c'est ce qui me permet de garder de la fraîcheur, et des anecdotes régulières à raconter aux élèves. Et c'est également le fait d'avoir des cours qui me permet de continuer à jouer dans les projets qui me tiennent à cœur et d'avoir du temps pour travailler l'instrument et les morceaux. On démarre toujours la musique dans le but de faire de la scène, de devenir rock star ! Pas dans le but de rester dans sa cave toute sa vie, c'est ce qui nous fait continuer, ce qui nous nourrit le plus en tant que musicien, la communication avec le public, le voir bouger, danser, apprécier... Bref, c'est la finalité de toute pratique.

Les concerts sont aussi un lieu de rencontres …
Nico G : On discute tout le temps avec les gens après le concert. On fait habituellement de belles rencontres, des passionnés de musique... parfois très pointus. Les gens sont souvent étonnés que l'on rejoue tous ces vieux standards qui ont bercé leur jeunesse...

Dans l’album de souvenirs, il y en a des bons et des mauvais...
Nico G : Mon plus beau souvenir avec Midnight Burst était l'été dernier à Châtillon en Diois, dans la Drôme. On a joué en extérieur, dans la vieille ville, seulement éclairé par des grandes torches, c'était magnifique ! Mon plus mauvais souvenir c'était dans un bar en Ardèche. Le son de la salle était vraiment horrible, on n’entendait plus le public que nos propres instruments. En outre, les gens étaient vraiment bourrés et se rapprochaient dangereusement de la scène. Et juste après le dernier morceau, ça a dégénéré, plusieurs personnes ont commencé à se battre. On a rangé le matériel le plus rapidement possible et on a filé !
Stan : Un de mes souvenirs le plus marquant fût lors d’un concert où le public était tellement fan de blues et de classic-rock que nous avons passé quasiment toute une demi-heure à improviser un blind test dans ce thème musical. C’était un super moment, et un bel exemple de communion avec le public. 
Nico M : Une fois à la fin d'un solo de batterie, j'étais tellement excité que je me suis levé bien haut derrière la batterie en oubliant mon tout petit câble de retours, mes deux ear-monitors ont sauté comme des bouchons de champagne et j'ai dû faire le morceau suivant sans aucun retour...

Comment définiriez-vous votre style ? 
Nico : Un mélange entre du British blues des 60's et de classic rock 70's. On peut appeler ça du heavy-blues ou tout simplement du rock … ou du blues … au choix !

Quels sont tes projets pour les mois à venir ? 
Nico G : On est en train de terminer les compositions. Au printemps, on va sortir nos 2 premiers morceaux sur les réseaux sociaux et je pense que l'album sera prêt en septembre/octobre.

Quels sont vos hobbies en dehors de la musique ?
Nico G : J'aime beaucoup lire et regarder des séries. En ce moment, je me prépare à la sortie de la dernière saison de Game Of Thrones en re-regardant les 7 premières saisons. Sinon, je regarde beaucoup de vidéos de vulgarisation scientifique sur YouTube.
Nico M : J'aime la course à pied et le vtt en forêt. Comme Nico G j'aime beaucoup les livres et les films type Seigneur Des Anneaux, Game Of Thrones... Je dois terminer la lecture du Seigneur Des Anneaux en anglais puis je m’attelle à lire Game Of Thrones en anglais, mais là par contre je n'ai jamais vu la série.
Stan : J’aime l’informatique, particulièrement le web. C’est d’ailleurs moi qui m’occupe des sites internet de nos différents projets. Sinon un peu de sport et de lecture.

Un endroit qui vous tient à cœur ?
Nico G : Le Diois et la Corse.Blues midnight burst
Nico M : Le Casino de Montreux, là où se tient l'exposition permanente Queen Studio Experience. Avant de brûler, ce casino était les Mountain Studios, rachetés par Queen peu de temps avant.
Stan : Montréal ! Amoureux de cette ville (surtout en hiver) j’y vais régulièrement.

Appréciez-vous d’autres styles musicaux ?
Nico G : Folk, jazz (en particulier le New Orleans), musique classique, musique celtique, musique orientale, metal, bluegrass, country ...
Nico M: Funk, metal folk, heavy metal, rock et metal progressifs
Stan : Musique classique, surtout les périodes baroque et romantique, jazz, folk, bluegrass, pop, métal progressif.

Quels ont été vos derniers coups de cœur ? 
Nico G : En ce moment, je suis obsédé par certaines pièces baroques : Air Sur La corde De Sol de Bach, le Canon de Pachelbel et La Sarabande de Haendel. Et j'ai découvert récemment les œuvres des compositeurs romantiques tels que Liszt, Grieg et Debussy.
Stan : Je n’ai découvert que très récemment Porcupine Tree et la carrière solo de Steven Wilson, je suis très vite devenu fan.
Nico M: Cellar Darling, Soen.

Quel serait votre rêve le plus fou ?
Nico G : Retourner dans le passé et vivre toutes les époques de notre histoire.
Nico M : Pouvoir être une rock star en continuant à vivre comme un ours sans sortir de chez moi, cela paraît difficile mais j'y crois.
Stan : Pouvoir jouer plein d’instruments en même temps. 

Un dernier mot…
Nico G : Merci beaucoup à ceux qui sont arrivés au bout de cette interview, alors n'hésitez pas à nous suivre sur notre page facebook : https://www.facebook.com/midnightburstband. Et à très bientôt.

Gilles Blampain – janvier 2019

https://www.facebook.com/midnightburstband

BLUES midnight burst