blues again en-tete
01/21
Chroniques CD du mois Interview: BENOIT BLUE BOY / PETER VETESKA Livres & Publications
Portrait: PIANO RED Inoxydable: TED NUGENT 1975 Dossier: CONTREBASSE
 


Interview
PETER VETESKA


KING KONG BLUES
king kong blues
king kong blues






Fin guitariste il joue un blues musclé teinté de soul et de funk et ne veut pas imiter les classiques mais laisser sa propre empreinte.    

Blues Again: D’où viens-tu Peter ?
Peter Vetseska : Je suis né à BLUES peter veteskaNew York city. J’ai grandi à Bushwick et Jamaica (Brooklyn) et je vis actuellement à Yardley en Pennsylvanie.

Tu as gagné ta vie loin de la musique pendant de nombreuses années. Pourquoi as-tu décidé de reprendre ta guitare ?
Quand l'économie a chuté en 2008-09, je me suis reconnecté avec ma guitare.
    
Sur quel genre de guitares joues-tu ? As-tu une marque préférée ?
Je joue actuellement sur une 59 Fender Stratocaster reissue, j'aime cette guitare, elle a le son qui me convient le mieux. Au début de ma carrière musicale, je jouais sur une Gibson Les Paul Deluxe. La guitare et les amplis Fender ont ma préférence. A la maison je joue généralement sur une guitare acoustique bon marché.

Joues-tu d'autres instruments ?
Bien sûr, je chante, ce que je considère comme un instrument, je joue aussi du piano, de la guitare basse et de la batterie. Avoir la connaissance de tous ces instruments m'aide dans le processus d'écriture de chanson.

Y a-t-il un musicien, un chanteur, un groupe qui t’a particulièrement impressionné ? Quand j'étais jeune, les deux musiciens qui m'ont le plus marqué étaient Duane Allman et Eric Clapton. Plus tard, j'ai découvert l'incroyable John Coltrane ainsi que les premiers Frank Sinatra (Capital Years), j'étais aussi un grand fan de Brian Setzer.

Si tu devais citer 3 ou 4 musiciens comme références principales, quels seraient-ils ?
Je pense qu’actuellement, Robert Cray en tant que chanteur, guitariste et auteur-compositeur est tout simplement génial. J'aime aussi le jeu de guitare de Matt Schofield à ses débuts. Il a été bien sûr influencé, comme beaucoup d’autres, par Robben Ford qui est formidable. Albert King et BB King sont également des talents incroyables qui ont ouvert la voie aux chanteurs et guitaristes de blues. Alvin Lee a eu une grande influence quand j’ai débuté.

Te souviens-tu du premier blues ou rock que tu as entendu ?
Je pense que c'était Crossroads Live de Cream et que le deuxième était Allman Brothers Band Live At Fillmore, ce qui est à mon avis un chef-d'œuvre.

Comment définirais-tu ton style ?
Groupe de blues contemporain de la côte Est. J'entends beaucoup de groupes faire des reprises de grands classiques du blues et le plus souvent ils n'apportent rien de nouveau à la chanson. N'imitez pas un classique, si vous voulez le refaire, mettez-y votre propre empreinte. C’est ma philosophie.

Combien de concerts fais-tu en un an ?
Pas trop, 12 à 15 par an. Je suis très sélectif pour choisir un lieu où jouer. Je participe souvent à des jams de blues où je m'amuse beaucoup, j’apprécie l'aspect spontané du jeu. J’essaye d'y aller deux fois par mois (pré-covid).

En quoi jouer sur scène est-il indispensable ?
Se nourrir de la foule, le niveau d'énergie, parfois l'adrénaline t’élève simplement lorsque tu te connectes avec d'autres musiciens. Il est très difficile de capturer ça en studio, même si je pense que nous arrivons à le faire.

As-tu une anecdote sur tes rencontres sympas ou étranges faites en tant que musicien ?
J'ai été invité à assister à une jam de blues dans le Delaware. Ce que j'ai vu m'a profondément touché, j'ai vu Roger Girke and Co jouer et j'ai été époustouflé. Après quand il est sorti de scène, il était très cool et nous avons eu cette excellente conversation sur la musique. Cela m'a conforté sur le point qu’il est important d'explorer de nouveaux lieux et zones hors de sa zone de confort et de trouver l'inspiration dans de nouveaux endroits.

Au cours de ta carrière, quel est ton meilleur souvenir… et le pire ?
Mon meilleur souvenir est un festival de blues de 3 jours que nous avons fait en Floride l'année dernière organisé par Paul Benjamin. Nous passions en avant-dernier un samedi soir. Nous étions en trio et nous étions surexcités. L'énergie du public était très intense. Nous sommes sortis de scène en sentant qu’on avait été très appréciés. La pire expérience n’est pas un événement unique, mais plutôt la frustration de jouer dans une salle où le public est peu nombreux et pas attentif à la musique. Dans le Nord-Est, il y a très peu de clubs de blues et le public du blues est littéralement en train de s'éteindre. Je pense qu’en fin de compte, la musique sera toujours là parce qu’elle est honnête et vraie. Je déteste la musique formatée.

Jusque-là, tu apparaissais sous le nom de Peter V. maintenant tu utilises ton nom complet, pourquoi ce changement ?
Ma copine m'ablues peter veteska conseillé d'utiliser mon nom complet. J’étais à la croisée des chemins dans ma carrière musicale juste avant la Covid et je n’étais pas sûr de la direction à prendre. J’ai pensé que mon nom complet me servirait bien pour aller de l’avant. Le succès de notre album actuel a consolidé mon intérêt à continuer sur le chemin du blues.

Justement, comment est né ce nouvel album Grass Ain’t Greener On The Other Side ?
Cet album est pour moi très spécial. Il y a de la pureté et de l’honnêteté dedans. Il s'agissait de créer de la bonne musique. Ne pas repousser les limites ou faire quoi que ce soit de complexe, adhérer à une philosophie « moins c'est plus ». Mon jeu a pris une direction différente, plus décontractée, j’ai nettoyé mon son et gardé des arrangements plus simples mais toujours intéressants. C'était un défi. J'ai aussi rencontré une belle dame qui est devenue la compagne de ma vie. Elle a été l'inspiration pour quelques chansons, je pense que l'intensité de cette relation transparaît sur les pistes 1, 4, 5 et 7 (‘Am I Wrong Pretty Baby ?’, ‘I’ve Been Missing You’, ‘You Give Me Loving’, ‘Thinking And Drinking’). Notre batteur Alex D'Agnese était très malade pendant les différentes étapes des sessions d'enregistrement, son jeu et la détermination instinctive était vraiment émouvante et inspirante et son jeu sur cet album est sublime. Je suis heureux de dire qu’il va très bien à présent. Coo Moe Jhee est devenu notre nouveau bassiste et son jeu et son attitude positive chronique sont partout sur ce CD. Une joie de l'avoir à bord. Nous avons également eu la chance et l'honneur d'avoir Jeff Levine aux claviers sur chaque piste de cet album. Il a apporté de la magie à chaque instant et a élevé tout le monde à un niveau supérieur. Joseph Demaio, extraordinaire ingénieur du son, nous a aidés à créer notre son puissant et précis au studio Shorefire Recording. Parmi les invités spéciaux on compte Chuck Hearne à la basse sur deux titres, Jen Barnes au chant et deux musiciens et chanteurs fantastiques, Roger Girke du Delaware et Mikey Jr de Pennsylvanie. Leur contribution a été énorme et c’est une vraie joie de les voir figurer sur cet album.
Quelles sont tes sources d'inspiration pour écrire et composer ?
Surtout l'amour et la passion que j'ai trouvés dans ma nouvelle relation avec ma petite amie Patti.

Y a-t-il un objectif que tu aimerais atteindre avec ta musique ?
Ecrire et créer une musique plus originale et perfectionner mon art musical. Conserver une fraîcheur et émouvoir les gens avec notre musique. ‘Am I Wrong Pretty Baby ?’ a été classée n°1 pendant une semaine dans les charts RMR du blues contemporain. Je veux écrire un classique du blues. Je pense que c’est un objectif réalisable. Nous avançons.

En dehors de tes engagements personnels, travailles-tu sur d'autres projets en collaboration ?
Actuellement, je ne collabore pas avec d'autres personnes, mais j'ai hâte de le faire à l'avenir. J'ai encore un travail de jour dans la conception et la construction de menuiseries architecturales.

Quels genres de musique aimes-tu écouter lorsque tu es seul ?
Jazz, blues. Coltrane, Sarah Vaughan, musique classique, vieux blues. En ce qBLUES peter veteskaui concerne les artistes de blues contemporain, j'aime Kingfish, Robert Cray, Derek Trucks et divers musiciens qui passent sur les nombreuses radios dédiées au blues.

Quels ont été les musiciens les plus marquants pour toi au fil des ans ?
Je pense avoir mentionné ces musiciens plus tôt. Duane Allman pour sa guitare slide. Eric Clapton pour son travail en constante évolution, un grand auteur-compositeur, chanteur et guitariste. Donny Hathaway est l’un des chanteurs les plus émouvants que j’aie jamais entendu. John Coltrane pour briser et repousser les barrières et pour le plaisir d'écoute J'adore Joey DeFransesco.

Quels sont tes musiciens préférés ces derniers temps ?
Mes musiciens préférés les plus récents sont les gars de mon groupe parce que la musique que nous créons collectivement donne le son que j'apprécie le plus actuellement. Cela inclut bien sûr les musiciens spéciaux qui ont joué sur notre album et les musiciens avec qui je peux jouer en tant qu'invité dans des clubs, jams, etc. Jouer aux côtés de Jeff Levine, qui est un maître dans son art est une grande source d'inspiration.

Pour parler d'autre chose, quel est ton endroit préféré ?
Ma compagne Patti est une photographe formidable, donc hormis l'architecture, la photographie est une de mes passions créatives. A travers son regard, je vois les choses différemment, la beauté est le plus souvent dans les détails subtils ... Nous aimons voyager et nous promener dans de nombreux endroits localement et régionalement. Il y a tant de beauté qui nous entoure, il est important d’ouvrir les yeux et de voir toute cette beauté. Je dis souvent que la nature est le meilleur architecte.

En dehors de la musique, quels sont tes hobbies ?
Mes passe-temps sont des promenades dans la nature dans les bois, la plage ou les montagnes. Photographier et observer la nature.

En tant que musicien, quel serait votre rêve le plus fou ?
M'asseoir avec Eric Clapton dans une petite salle.

Gilles Blampain – décembre 2020

https://peterveteskabluestrain.com/

BLUES peter veteska