blues again en-tete
01/22
Chroniques CD du mois Interview: MOONWISE Livres & Publications
Portrait: LUTHER ALLISON Interview: ZACHARIE DEFAUT Dossier: MOUNTAIN
 


Interview
THE SUPERSOUL BROTHERS


KING KONG BLUES
blues blind lemon pledge
king kong blues
BLUES LUCKY WILL





Un band plein de punch, qui envoiedes riffs qui tuent, une rythmique d’enfer et un chant qui déchire.    

Blues Again : Comment le groupe est-il né ? Depuis quand existe-t-il ?
David Noël : Nous avons tous plus ou moins joué ensemble sur différents projets et surtout énormément jammé ensemble et blues thesupersoullc ’est là que la magie s ’est faite. Notamment dans un lieu palois mythique mais hélas qui a fermé ses portes : Le Show Case Time. Beaucoup d ’artistes confirmés ou en devenir s ’y sont rencontrés. Un magique lieu de partage et d’émulation. L’idée de monter un nouveau projet est partie de Ludovic Timoteo, j’ai dit : « Ok ! Je te suis, mais on va faire de la Deep Soul » le groupe a démarré à quatre, fin 2016. Puis Julien Stantau nous a rejoint sur un festival en juin 2018, pour fermer le cercle Pak est arrivé en 2019 après une jam. Nous jouons sur scène ensemble à six depuis le 14 juillet 2019. Le 14 est un chiffre qui semble nous porter bonheur, en effet, notre tout premier SuperSoul concert en public, était au Show Case Time et c’était le 14 juillet 2017.

Quel est votre port d attache ?
Le Béarn est notre port d’attache. Sa culture de partage, de convivialité, et d’ouverture aux autres résonnent en chacun de nous.

Et qui sont les membres du groupe ?
David Noël (lead vocal). Chanteur autodidacte, 30 ans de scène dont 20 en qualité de professionnel. Beaucoup de jams, de projets divers (notamment avec l ami Pierrot) et de rencontres au long cours l ont sculpté.
Ludovic Timoteo (basse/chœurs) : J’ai débuté par la guitare à l’âge de 8 ans puis quelques années plus tard me suis dirigé vers la batterie. A l’âge de 20 ans formation professionnelle (batterie) au Music Academy Institute de Nancy ! A ma sortie j’évolue dans diverses formations tous styles confondus ! C est quelques années plus tard que la basse devient mon instrument principal accompagnant pendant dix ans le blues man Miguel M, puis divers artistes en tournées européennes tel que : Tom Principato, Paul Cox, Wes Mackay…
Pierre-Antoine Dumora (guitare/chœurs) : Autodidacte tardivement déclaré, à 20 ans, l’étincelle a été d une telle violence que j en ai décidé 6 mois après ma rencontre avec cette fameuse guitare, d en faire mon métier, ma Vie… Je bosse avec David depuis plus de 20 ans.
Fabrice Seny-Couty (batterie/chœurs) : J ai débuté la musique par la batterie dès l’âge de 4 ans en autodidacte et très vite j'ai commencé à pratiquer d autres instruments comme la guitare pour m accompagner au chant à travers des compositions.
De l adolescence à la fin de mes études, j ai joué en tant que batteur dans différentes formations musicales allant du style gospel au funk, et en passant par la chanson, le rock ou encore le jazz. Cela m a permis de rencontrer et côtoyer des professionnels dans des formations comme Miguel M, Groove Project, Julie Lambert trio, Les Acoustiques Anonymes ou encore Pierre & Willy, etc… Suite à une formation d un an au CFPM de Toulouse, c est finalement devenu mon métier en 2014.
Julien Stantau (claviers/chœurs) : Etudes musicales en école de musique municipale pendant dix ans. Élève de Robert Kaddouch pendant trois ans avec qui j ai travaillé l improvisation. Passage en Musicologie, Parcours Jazz à Toulouse. J’ai évolué dans différents groupes musicaux tels que 2010-2013 Mystic Soul Train (jazz, funk, latin), 2013-2019 Kimbala (Ska Reggae Punk) 400 concerts environ dont plusieurs tournées en Europe. 2010-2021 Plusieurs groupes de Jam sur Pau, 2017-2021 Big N & The Night Jammers (reprises funk), 2018-2021 The SuperSoul Brothers (deep soul). Je suis artiste Intermittent depuis 2013.
Julien « Pak » Suhubiette (trombone à coulisse/chœurs) : J ai débuté l apprentissage de la musique à 9 ans. Solfège puis saxophone pour approcher le trombone à 16 ans. La rencontre fortuite de musiciens hauts en couleur sur Pau lors de l’édition 2011 d Estiv Oc me conforte sur le tard (31 ans) dans l idée de me professionnaliser. Je côtoie alors les jams paloises et continue ainsi à rencontrer de belles personnes et d excellents musiciens. 
Mes formations majeures : 2011-2014 : Mystic Soul Train (Pau), 2013-2019 : Kimbala (Pau), 2019 -aujourd hui : The SuperSoul Brothers
Claire Rousselot-Paillez (choriste/) : Je chante dans des groupes de composition amateurs depuis plus de vingt ans, plutôt dans des formations orientées jazz fusion et nu-soul.

Comment s est fait la rencontre entre vous ?
David : Essentiellement par la Jam.
BLUES the supersoul brothers
Quelles ont été vos influences ?
David : Nos influences sont très marquées par le blues, la soul et le funk et vont de Freddie King, Little Richard à James Brown en passant par Stevie Wonder, Otis Redding, Ray Charles, Wilson Pickett, The JB’s, Dr John, The Meters en passant par Sly Stone, Tower of Power, Sharon Jones & The Dap-Kings ou encore Lee Fields. La liste est tellement longue à faire !

3 ou 4 musiciens ou chanteurs de référence qui font l unanimité dans le groupe ?
David : En tant que chanteur : Ray Charles, James Brown, Otis Redding, Marvin Gaye.
En tant que musicien nous avons un faible pour Maceo Parker, Fred Wesley, Alfred Pee Wee Ellis ou encore Joseph ‘Zigaboo’ Modeliste. Le choix n’est pas exhaustif. Y’a tellement de chanteurs et musiciens de références qui font battre nos cœurs.  

Qui imprime la couleur musicale du groupe ?
David : Je suis un peu le gardien du temple. J’insuffle l’esprit et je veille à garder la cohérence. Mais naturellement, et c’est magique, nos cœurs et nos élans sont au diapason. Juste privilégier l’émotion brute, la sueur, la transe et l’honnêteté.

Comment définiriez-vous votre style ?
David : Plutôt Deep Soul. Un mélange sincère de rock, de soul, de rhythm & blues et de Nola funk avec une pointe de British touch. On secoue et Bim !

Si le band avait une devise, quelle serait-elle ?
David : « Un pour tous et tous pour un ».

Où et quand avez-vous fait votre premier concert ?
David : Nous jouons sur scène ensemble à 6 depuis le 14 juillet 2019. Le 14 est un chiffre qui semble nous porter bonheur, en effet, notre tout premier SuperSoul concert en public, était au Show Case Time et c’était le 14 juillet 2017.

Maintenant combien de concerts par an ?
David : Nous n’avons pas compté exhaustivement mais beaucoup.

En quoi la scène est-elle indispensable ?
David : La scène c’est le frisson, c’est le partage, c’est l’émulation, c’est la Vie. La rencontre avec le public, c’est la finalité. Jouer notre musique partout, alléger les cœurs, échanger des émotions et des sourires. Se rencontrer. Simplement être tous là, Ensemble. De la Musique jaillit le Monde !

Un bon souvenir de scène… Un mauvais souvenir de scène…
David : Un bon souvenir de scène, sans hésiter notre première à Paris le 23/09/21 pour le lancement de Shadows & Lights, la salle qui se lève dès le troisième titre. Quel incroyable accueil. En ce qui concerne le mauvais souvenir, c’est deux années confinés sans scène, sans public, avec un secteur Culture jugée non essentielle…

Comment est né votre album récemment paru Shadows & Lights ?
BLUES thesupersoul brothersDavid : Nous composons à 6 voire à 7 pour le duo avec Claire. Nous travaillons à l ancienne, tous ensemble on creuse un riff, une émotion, un groove. Pas de censure. Toutes les idées sont bonnes. On essaye, on malaxe. Faut naturellement que la flamme jaillisse. Puis, on teste le titre lors de concerts ou de jam. L’album a été réalisé façon maison. Avec Ludo et Ju au mixage. Une des forces du groupe c’est d’être autonome. Nous avons écrit, produit et entièrement réaliser notre album.
Les sessions d’enregistrements ont eu lieu de la même manière, nous avons joué tous ensemble, après de multiples séances de répétitions, pour être au point. Max, 3 prises par titre, et on garde celle qui dégage le plus d’émotion et de vérité. Claire s’est beaucoup investie sur le disque, colorant nos compositions de chœurs veloutés et livrant une interprétation poignante et subtile en lead sur le duo qui donne le titre à l’album ‘Shadows & Lights’. Elle est bien plus qu’une simple guest mais un membre à part entière du groupe. L’album a toujours été pensé comme un vinyle. Nous avons regroupé les titres en fonction des thèmes abordés. Il en sort 2 faces, comme l’être humain. Une plus sombre, qui parle du triste état de notre société moderne, et une qui fait la part belle à l optimisme, à l Amour et aux petits bonheurs de la vie, qui sont essentiels à l’équilibre de tous. Il est la photo de la période étrange que nous traversons en ce moment.

Quelles sont vos sources d inspiration pour écrire et composer ?
David : Nous partons à partir d’un riff ou d’un groove et l’on se laisse emporter. Ensuite des images jaillissent, des thèmes. La vie reste notre principale source d’inspiration.

Quels sont les projets du groupe pour les mois à venir ?
David : Nous espérons un maximum de dates après ces deux années de quasi-arrêt. Jouer c est notre essence. Ça commence à rentrer et on ressent un réel intérêt des programmateurs pour notre Soul, et ça, ça fait drôlement plaisir. En parallèle, nous préparons une date phare, qui mobilise toute notre énergie. C est notre Release Party Paloise où nous allons partager notre musique façon symphonique avec l orchestre classique du conservatoire de Pau. Le 27 novembre 2021 dans l’écrin magique du Théâtre St-Louis. Un magnifique théâtre à l italienne de 430 places qui date de 1862 qui instaure une riche proximité entre les artistes et le public. Une soirée unique qui promet d’être très riche en surprises et en fortes émotions.

Pour parler d autre chose, quels sont vos hobbies en dehors de la musique ?
David : La Montagne ! Parcourir mes Hautes et Basses Pyrénées. Partager un bon repas en famille ou avec des amis.
Ludovic : Moi, mon kiffe c’est faire de la moto.
Pierre-Antoine : Moi, c’est le bricolage. J’adore fabriquer des choses.
Fabrice : Courir et pousser de la fonte à la salle de sport.
Julien : Le cinéma, les jeux vidéo mais ce que je fais le plus en dehors de la musique c’est de la musique...
Pak : Le matériel Hifi audio, écouter de la musique, jeux vidéo, promenade, randonnée en montagne.
Claire : Le tennis sans aucun doute.

Un lieu de prédilection où vous aimez vous retrouver ? BLUES the supersoul brothers
David : La Montagne (me balader en vallée d’Aspe, d’Ossau ou en Pays Toy), et le Café de l’Europe à Pau.
Ludovic : Mon lieu de prédilection où je me ressource, c’est la ville de Nazaré au Portugal. Un endroit magnifique à voir au moins une fois dans sa vie.
Pierre-Antoine : Moi, n’importe quel café-concert où je peux me poser, écouter de la musique en live en buvant une bonne bière.
Fabrice : L’église le dimanche matin.
Julien : L’arrivée du funiculaire place Royale à Pau et son quartier du Château.
Pak : Chez moi. Je m y sens en sécurité et détendu. J ai la chance d avoir une grande maison lumineuse qui regarde vers les montagnes : à l automne j ai une vue privilégiée sur les Pyrénées depuis mon canapé et, lorsqu il commence à faire froid, l’âtre de ma cheminée m apporte une touche supplémentaire de cocooning.
Claire : Les plages de Goa, en Inde. Et le musée du Louvre.

Pour le groupe, quel serait le rêve le plus fou ?
Deux rêves, soyons fous. Fouler la scène de L’Olympia à Paris et ouvrir pour les Rolling Stones ou Lee Fields.

D’où vient le nom The SuperSoul Brothers ?
Deux raisons, deux clins d’œil. Le premier, à l’ancêtre du magazine SoulBag, Super Soul revue édité en mars 1968. Le second, un vieux film de blaxploitation comédie/SF kitch donc culte de 1978 signé René Martinez Jr. Kitch et jubilatoire.

Gilles Blampain – octobre 2021

www.facebook.com/TheSupersoulBrothers

BLUES the supersoul brothers