Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

12/17
Chroniques CD du mois Interview: AUTOMATIC CITY Livres & Publications
Portrait: SCOTT JOPLIN Dossier: ALADDIN RECORDS  
 


Portrait
EARL HOOKER
15 janvier 1929 (Clarksdale, Mississippi) – 21 avril 1970 (Chicago, Illinois)


BLUES ARTHUR CRUDUP
blues arthur crudup
blues arthur crudup






Guitariste doué d’une éblouissante dextérité, showman exubérant, il a rapidement gagné le respect de ses pairs et donné ses lettres de noblesse au blues moderne.

C’est à un jet de pierre du centre de Clarksdale, Mississippi, que Zeb D. Hooker voit le jour le 15 janvier 1929. Un an plus tard, ses parents déménagent à Chicago dans le cadre de la Grande Migration qui voit beaucoupblues earl hooker d’ouvriers agricoles Noirs quitter le Sud rural pour le miracle économique et urbain du Nord. Cousin de John Lee, sa famille compte pas mal de musiciens et c’est tout naturellement qu’il s’initie très jeune à la guitare.
Il se révèle très tôt un excellent guitariste mais ne force pas son talent de chanteur car il souffre d’un bégaiement prononcé qui le gênera toute sa vie même s’il arrivera à maîtriser plus ou moins ce handicap. Adolescent il contracte la tuberculose et bien que son état ne devienne critique qu'au milieu des années 1950, il doit se plier à des visites hospitalières périodiques à un âge précoce.

Dès le début des années 1940, Earl Hooker joue sa musique au coin des rues de Chicago avec des amis d'enfance commet Bo Diddley. Le blues traditionnel cède la place au swing ou au jump-blues dont la vedette du moment est T-Bone Walker. Ce dernier a rapidement un impact considérable sur Hooker, comme le fait de mettre sa guitare derrière la tête, de jouer avec les dents, mais aussi avec son sens du swing et sa façon jazzy d’aborder le blues ainsi que le travail d'accords complexes. A 16 ans il fréquente Maxwell street en compagnie de Floyd Jones et John Brim. C’est à cette époque que son ami Robert Nighthawk, de 20 ans son aîné, l'un des premiers guitaristes de Chicago à passer à la guitare électrique lui enseigne la technique du slide et divers accordages.

En 1948, Earl Hooker se rend à Helena, Arkansas, où il retrouve Robert Nighthawk. En sa compagnie il participe à l’émission de radio King Biscuit Time animée par Sonny Boy  Williamson II, sur les ondes de la KFFA. Ils vont ensuite dans les studios de la radio concurrente sur l’autre rive du Mississippi la WROX à Clarksdale, où ils rencontrent Ike Turner. En 1949 il se joint aux King Biscuit Boys et anime avec eux les émissions sur l’antenne de la KFFA jusqu’en 1951. Avec les King Biscuit Boys il sillonne le Sud, Mississippi, Missouri, Louisiane, Floride. Et c’est en Floride, à Bradenton, en novembre 1952, qu’il grave son tout premier disque pour le label Rockin’. Cet enregistrement met en avant le chanteur Johnny O’Neal en compagnie d’ Earl Hooker (guitare), Ed Wiley (sax ténor), Roosevelt Wardell (piano), William Cochran (batterie).

Très apprécié dans le milieu musical, considéré comme un musicien de musicien, au début des années 1950 grâce à sa dextérité éblouissante on le retrouve comme sideman sur différents labels (Argo, VeeJay, States, United, CJ et Bea & Baby) pour Johnny O'Neal, Little Sammy Davis, Boyd Gilmore, Pinetop Perkins, The Dells, Arbee Stidham, Lorenzo Smith, Harold Tidwell. Son premier disque paru sous son nom sort chez King en 1953, Earl Hooker Trio, (‘Race Track’, ‘Blue Guitar Blues’, ‘Shake ‘em Up’, ‘Happy Blues’).

Dans les premiers mois de 1953 il se produit dans le Maryland, sur les plages de l’Atlantique à Ocean City, avec Little Sammy Davis à l’harmonica puis il redescend vers le Sud et s’arrête à Memphis en juillet où il grave une quinzaine de titres chez Sun avec Boyd Gilmore au chant, Pinetop Perkins au piano, Willie Nix à la batterie. Il remonte vers le Nord, revient à Chicago où il se produit dans différents clubs. C’est à cette époque qu’il s’équipe d’une étrange guitare à deux manches, 12 cordes sur l’un, six sur l’autre. En 1956 sort sur le label Argo, sous l’identité Earl ‘Zeb’ Hooker, l'un de ses singles les plus réussis au cours de cette période avec deux instrumentaux ‘Frog Hop’ et ‘Guitar Rumba’.

En 1956, en dépit d'une attaque de tuberculose majeure nécessitant une hospitalisation, Earl Hooker parvient à jouer dans les clubs de Chicago et à tourner dans le Sud. Entre 1957 et 1958, c’est à Saint Louis, Missouri, qu’il se produit le plus souvent, mais il donne aussi quelques concerts dans l’Indiana et l’Ohio. A la fin de 1959, Junior Wells introduit Hooker auprès du producteur Mel London qui gère les labels Profile, Age et Chief. Le premier enregistrement qui sort sur Profile ‘Little By Little’, ‘ devient rapidement un succès, il se place en 23ème position dans le Billboard R & B. Mel London apprécie Hooker, il en fait le guitariste du label. Hooker entame alors une des  périodes les plus fécondes de sa carrière de studio. London l’utilise tour à tour comme sideman et leader. Il apparaît sur les disques de Lillian Offitt, Ricky Allen, AC Reed et surtout Junior Wells pour qui il participe à peu près à tous les enregistrements dont les emblématiques ‘Come On In This House’, ‘Messin 'With The Kid’ et ‘It Hurts Me Too’. Hooker grave aussi ses propres instrumentaux ‘Calling All Blues’, ‘Blue Guitar’, ‘Blues in D-Natural’ qui lui apportent une reconnaissante plus large et méritée. Sentant le grand potentiel de Hooker, Leonard Chess approche Mel London pour utiliser le talent du guitariste pour le prochain disque de Muddy Waters. Un accord est conclu et en juillet 1962. Earl Hooker est aux côtés de Muddy Waters pour des interventions en slide sur l’enregistrement de ‘You Shook Me’. La chanson est un succès, Chess engage Hooker pour enregistrer d’autres parties instrumentales sur lesquelles se placera la voix de Muddy Waters, ‘You Need Love’ et ‘Little Brown Bird’.
earl hooker

Earl Hooker est un showman flamboyant. Il porte des vêtements flashy, joue de la guitare avec ses dents ou ses pieds, la met derrière sa tête. Bien que bluesman il aborde plusieurs styles musicaux, selon son humeur et la réaction du public, il joue blues, boogie-woogie, soul, be-bop, country, pop.
En 1964 le groupe de Mel London fait faillite, Hooker doit se repositionner. En 1966 il part en tournée avec Junior Parker. Jusqu’en 1967 il enregistre pour Cuca Records, Jim-Ko, C.J., Duplex et Globe. Plusieurs chansons enregistrées pour Cuca entre 1964 et 1967 paraissent sur son tout premier album The Genius Of Earl Hooker. Ce LP qui sort sur le label Bluesway est composé d'instrumentaux, de blues lents et de chansons mettant en avant des tendances musicales plus récentes, comme ‘Two Bugs  In A Rug’ (allusion à sa tuberculose ou ‘TB’) aux intonations funky. Il entame une nouvelle tournée en compagnie de Joe Hinton mais à la fin de l’été 1967 une forte crise de tuberculose le cloue au lit. Il est hospitalisé pendant près d’une année. Il sort de l'hôpital en 1968, c’est cette année-là qu’il commence à utiliser une pédale wah-wah pour donner une nouvelle dimension à certains de ses solos. Dans un monde du blues utilisant généralement peu les gadgets, Earl Hooker fait figure d’exception. Il expérimente et utilise écho et delay y compris la technique du double-tracking (double suivi) ce qui lui permet de prendre simultanément deux solos en harmonie.
Il forme un nouveau band avec Andrew Odom au chant, Pinetop Perkins au piano, Carey Bell à l’harmonica, Geno Skaggs à la basse et Freddie Roulette à la steel guitar. Le groupe se produit dans les clubs de la Windy city, au Pepper’s, au Blue  Flame, au White Horse Inn, au Theresa’s, au Shaw’s Place. Plus tard Hooker repart sur les routes contre l'avis de son médecin. Sur recommandation de Buddy Guy, Chris Strachwitz, patron du label Arhoolie, se déplace à Chicago pour enregistrer Hooker et son nouveau groupe. Two Bugs And A Roach sort au printemps 1969, le disque reçoit une très bonne critique, sa carrière décolle et il va enregistrer d’autres albums cette même année.

Sa réputation grandit, son public s’élargit, 1969 est une année importante pour Earl Hooker. Il retrouve Junior Wells pour quelques dates de concerts notamment à Chicago. En mai, une fois encore sur les conseils d’Ike Turner, il se rend à Los Angeles pour enregistrer l'album Sweblues earl hookeret Black Angel qui sortira sur Blue Thumb. Après la session Blue Thumb, Earl Hooker entame une série d’apparitions dans les clubs de la baie de San Francisco en compagnie de son cousin John Lee. Il enregistre ensuite un deuxième album pour Arhoolie Hooker And Steve, avec Steve Miller aux claviers, Louis Myers à l'harmonica, Geno Skaggs à la basse et Bobby Robinson à la batterie.
Son séjour en Californie terminé, Hooker revient à Chicago. Il donne quelques concerts et en octobre il part en Europe avec John Jackson, Juke Boy Bonner, Clifton Chenier, Carey Bell et Magic Sam dans le cadre de l’American Folk Blues Festival. Hooker voit cette tournée comme l'apogée de sa carrière. Cependant le voyage l’épuise et sa santé se dégrade. De retour aux USA, en novembre il est sur scène pour quelques shows à Chicago dont certains à nouveau avec Junior Wells. Il enregistre plusieurs albums qui paraissent chez Cuca, Blue Thumb, Blues On Blues, Bluesway. En janvier 1970 nouveau coup de semonce de la maladie, sa santé se détériore sérieusement, il doit être hospitalisé.
Le 21 avril 1970 à 41 ans, il meurt de complications dues à la tuberculose. Il est enterré dans le cimetière de la petite commune d’Alsip dans la banlieue de Chicago.
Beaucoup de musiciens considèrent Earl Hooker comme l'un des plus grands guitaristes de blues moderne. En 2013 il est intronisé au sein du Blues Hall Of Fame.
Gilles Blampain