Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

05/20
Chroniques CD du mois Interview: JEAN-MARC HENAUX Livres & Publications
Portrait: PEETIE WHEATSTRAW Interview: MISS BEE AND THE BULLFROGS Portrait: ROY ROGERS
 


Portrait
ROY ROGERS


blues kansas joe mc coy
blues kansas joe mc coy








Guitariste reconnu et producteur recherché.

Auteur, compositeur, producteur, si Roy Rogers se la coule douce, c’est essentiellement sur son manche de guitare. Apôtre de la slide dans la lignée de Robert Johnson, Elmore James ou Bukka White, il atteint la reconnaissance internatioroy rogersnale dans les années 1990. Aussi à l’aise à l’acoustique que branché sur le secteur, passant de la National Steel à la Gibson ou la Stratocaster. Il est également prisé dans les studios d’enregistrement pour la facture de sa production qui est garante de qualité et de succès. S’il ne fait pas la une des magazines, Roy Rogers est de ces artistes qui apportent un plus à la musique. Beaucoup d’énergie, de travail, d’investissement, mais aussi certainement du talent.
Californien de naissance, Roy Rogers voit le jour à Redding le 28 juillet 1950 et c’est à croire que le Golden State incite à la glisse, des plages de Malibu aux manches de guitares. L’homme au chapeau noir est en effet considéré comme l’un des meilleurs sliders de sa génération. A l’aube des années 1960, du haut de ses 13 ans, il décide de devenir musicien professionnel. L’apprentissage du picking, les accords savants, les crampes dans le poignet, les cals aux bouts des doigts, rien ne le décourage. Son frère aîné lui fait écouter un disque de Robert Johnson et le voilà qui s’enflamme pour la slide. Dès lors sa voie semble tracée.
A la fin des années 60 il fréquente assidûment les clubs de San Francisco où il peut voir et entendre nombre de bluesmen qui le marquent et l’inspirent. Dans les années 1970 il se produit avec divers groupes de la Côte Ouest. Quand il rencontre l’harmoniciste David Burgin en 1976 l’accord semble parfait et un duo acoustique se crée. Leur association dure le temps de graver un album intitulé Rogers And Burgin : A Foot In The Door pour Waterhouse Records et d’apparaître sur la bande originale du film Vol Au-Dessus d’Un Nid De Coucou.  En 1980 Rogers fonde son propre groupe les Delta Rhythm Kings. Il fait le tour des clubs, quelques passages à la télévision et participe une tournée européenne avec la revue du San Francisco Blues Festival 1982.
A 32 ans c’est comme guitariste-chanteur qu’il intègre le Coast To Coast Blues Band de John Lee Hooker. Le courant passe entre les deux musiciens. Une amitié sincère se noue et une relation professionnelle des plus enrichissantes s’établit entre eux. Pendant cette période Roy Rogers enregistre son premier album solo Chops Not Chaps qui marque ses véritables débuts discographiques en 1986. C’est en bons termes qu’il quitte le maître du boogie pour voler de ses propres ailes. De clubs en festivals les tournées s’enchaînent et bientôt l’Europe le réclame. Il apparaît à Montreux et au festival de jazz de la Mer du Nord. 
ROY ROGERS
En 1987 sort son deuxième album solo, Slidewinder. Il comprend de superbes duos avec Hooker et Allen Toussaint le pianiste néo-orléanais. Les critiques élogieuses renforcent sa réputation grandissante. En 1989 le troisième album, Blues On The Range confirme ses talents de compositeur et contribue à élargir le nombre de ses fans. En 1990 il participe à nouveau avec John Lee Hooker et en compagnie de Miles Davis et de Taj Mahal à la bande sonore de The Hot Spot le film de Dennis Hopper. Il est nominé pour sa contribution à la musique du film.  En 1991 il monte un duo avec le virtuose de l’harmonica Norton Buffalo. De leur union naît l’album R’n’B qui connaît un beau succès. Plus de 250 stations de radio à travers les USA qu’elles soient spécialisées dans le blues ou la country le diffusent largement.
C’est à cette époque qu’il assure les quatre enregistrements historiquement importants pour John Lee Hooker :  The Healer (1989), Mr. Lucky (1991), Boom Boom (1992), Chill Out (1995). Le succès est confirmé et depuis sa renommée de producteur n’est plus à faire et il est largement apprécié et reconnu dans les studios américains.
Les années 2000 sont très productives. Roy Rogers élargit encore considérablement ses collaborations avec des artistes comme Linda Ronstadt, Sammy Hagar, Bonnie Raitt, Zucchero, John Gorka et Ramblin' Jack Elliott, Elvin Bishop, Carlos Santana, Steve Miller, et continue évidemment ses proprroy rogerses enregistrements en solo. En 2002, il enregistre un dernier album avec Norton Buffalo qui disparaîtra enoctobre 2009, intitulé Roots Of Our Nature. En 2003, son album Slideways atteint la troisième place du Billboard. Il accroche parmi ses trophées celui de Meilleur Guitariste de Blues décerné par The Blues Foundation. En 2004, il sort son tout premier enregistrement en public Live ! At The Sierra Nevada Brewery Big Room, avec de nombreux invités de marque. En 2006, il collabore avec le pianiste et chanteur norvégien Reidar Larsen pour le disque Crossing With Reidar Larsen. En 2009 il enregistre Split Decision et se place une fois encore troisième au Billboard. Il fait ensuite équipe avec Ray Manzarek et leurs efforts conjoints produisent trois enregistrements en huit ans - Ballads Before The Rain, Translucent Blues et Twisted Tales.  D'abord en duo, ils forment rapidement un groupe et tournent à travers les Etats-Unis et en Europe. En juin 2015 paraît l’album Into The Wild Blue sur lequel il revient accompagné par les Delta Rhythm Kings au sommet de leur art.  
Avec plus d’une vingtaine d’albums enregistrés, que ce soit avec ses propres compositions ou en revisitant les standards du down home blues, Roy Rogers sait allier tradition et modernité, spécificité et universalité. Puiser dans ses racines pour esquisser le futur semble être la devise de cet homme de l’Ouest.

Gilles Blampain